Principal

Athérome

Papillomavirus humain pendant la grossesse

Le VPH est un papillomavirus humain qui provoque des verrues, des condylomes, des papillomes et le cancer. Il existe plus de 100 souches dont certaines possèdent une activité oncogène, d'autres ne provoquent pas de dégénérescence cellulaire pathologique. L'infection virale est transmise lors d'un contact sexuel, par l'auto-infection par des abrasions, des coupures et d'une mère malade à un enfant lors de l'accouchement. Comment se déroule le VPH et la grossesse? Le virus constitue-t-il une menace pour le développement intra-utérin du fœtus?

VPH 16 et 18 types pendant la grossesse

Les types 16 et 18 du papillomavirus humain appartiennent à des souches à haut risque oncogénique, l’infection conduisant à la formation de cancers du col utérin et du larynx. Le VPH peut également provoquer une affection précancéreuse, la néoplasie, caractérisée par des modifications pathologiques de la structure des cellules.

Le papillomavirus appartient aux pathologies immunitaires, longtemps après l'infection ne peut pas se manifester. Les signes externes ne se forment qu’avec une diminution des défenses de l’organisme. La grossesse provoque un affaiblissement du système immunitaire, il est nécessaire de sécuriser le fœtus dans l'utérus afin d'éviter le rejet de l'embryon. Chez la femme, il se forme sur les membranes muqueuses du vagin, les organes génitaux externes, la peau du sein, les plis inguinaux, les verrues génitales et les papillomes.

Si les excroissances sont importantes et localisées sur les parois du canal de naissance, il existe un risque important de complications lors de l'accouchement, le développement de saignements. Dans de tels cas, une césarienne est recommandée aux femmes enceintes.

Les espèces HPV 16 et 18 ne peuvent conduire à la formation de tumeurs cancéreuses qu’en cas de longue durée d’infection sur fond de déficit immunitaire prononcé. Mais ce processus dure plusieurs années, les premiers symptômes n'apparaissent qu'après 15 à 20 ans. Les maladies concomitantes, l’infection à VIH, l’absence de traitement adéquat réduisent la période à 5-10 ans.

Comment le VPH affecte la conception

Le papillomavirus n'affecte pas la conception, les femmes avec n'importe quelle souche du VPH peuvent devenir enceintes, sortir un enfant en bonne santé, s'il n'y a pas d'autres causes d'infertilité, le système immunitaire fonctionne normalement.

Si le corps de la mère est affaibli, le virus peut infecter les cellules du trophoblaste en début de grossesse, provoquant un avortement spontané. Les trophoblastes initient l'implantation de l'ovule dans la paroi utérine, ainsi que le tissu endométrial du placenta. Lorsqu'ils sont détruits, l'embryon ne peut pas se développer normalement, il meurt et, le plus souvent, la femme ne soupçonne même pas qu'une fécondation a eu lieu.

Pour éviter diverses complications, lors de la planification de la grossesse, les futures mères passent les tests nécessaires. Si du HPV de souches oncogènes est détecté, si des modifications pathologiques sont détectées dans les tissus du col utérin, une biopsie est effectuée et un examen histologique est effectué. Lorsque le virus provoque la croissance des verrues génitales, elles sont éliminées, un traitement vitaminé, des immunomodulateurs est prescrit. Après le traitement, la femme est autorisée à planifier une grossesse.

Existe-t-il une menace pour le fœtus lorsque la mère est infectée par le VPH?

Le virus du papillome n'affecte pas négativement le développement intra-utérin de l'embryon, mais peut être transmis de la mère au fœtus pendant l'accouchement, provoquant une papillomatose du larynx chez le nourrisson. L'infection ne survient que si le condylome est localisé dans le vagin ou le cou. Avec la localisation des excroissances à la surface des organes génitaux, le risque est minime.

La papillomatose du larynx est caractérisée par la formation de papillomes sur la gorge muqueuse, la trachée, les cordes vocales. La maladie provoque un dysfonctionnement respiratoire, enrouement. La pathologie est chronique, elle se propage plus loin dans les bronches et, dans les cas graves, elle peut provoquer une asphyxie.

La probabilité de transmission du VPH par les mains d'instruments médicaux n'est pas exclue. L’infection peut survenir dans les premiers jours de la vie d’un bébé par le biais d’un contact étroit avec la mère pendant l’allaitement. Le risque augmente en présence de micro-dommages à la peau et aux muqueuses.

L'infection primaire à papillomavirus la plus dangereuse au cours de la grossesse. Le corps de la femme ne contient pas encore d’anticorps protecteurs et son immunité est considérablement affaiblie. Le VPH se développe beaucoup plus activement, endommage le fœtus et provoque l’apparition de verrues génitales.

Quelle est l'infection dangereuse pour la future mère

Pendant la grossesse, les papillomes existants grossissent rapidement et de nouvelles croissances apparaissent. De tels néoplasmes sont bien alimentés en vaisseaux sanguins, lorsqu'ils sont localisés dans le vagin, ils peuvent être facilement blessés, provoquant des saignements abondants pendant le travail En outre, les condylomes peuvent provoquer une obstruction du canal reproducteur, ce qui sert d'indication pour la césarienne.

Pendant et après la grossesse, les souches oncogènes du virus sans traitement antiviral entraînent une dysplasie des muqueuses de l'utérus cervical, ce qui peut provoquer la croissance d'une tumeur cancéreuse. Par conséquent, il est nécessaire de traiter le VPH, il est possible d'effectuer des procédures pendant la période de porter un bébé.

Diagnostic du VPH

Des papillomes sont souvent détectés lors d'un examen gynécologique lors de la première visite chez le médecin au sujet de la grossesse. Certaines momies se plaignent de l'apparition de verrues génitales au niveau des organes génitaux externes. Des études diagnostiques spéciales sont prescrites à ces patients:

  • analyse cytologique d'un fragment de la membrane muqueuse du canal cervical;
  • colposcopie;
  • test de titrage d'anticorps;
  • Test Digene (amplification);
  • Diagnostic PCR.

L’analyse des réactions en chaîne séquentielles permet la détermination la plus précise possible de l’ADN, des souches de HPV, de leur degré d’oncogénicité, de la durée depuis laquelle une personne est infectée. Le matériel d'étude est le sang, l'urine et le liquide amniotique. En fonction des résultats obtenus, le médecin choisit le schéma thérapeutique.

C'est important! Dans le cancer du col utérin, des souches de papillomavirus hautement oncogènes sont détectées, le plus souvent de type 16, 18. Les patients sont référés pour consultation et examen complémentaire par un oncologue.

Traitement contre le VPH pendant la grossesse

Les futures mamans posent souvent la question suivante: comment traiter le VPH pendant la grossesse? Si, selon les résultats de l'analyse des infections virales, un virus du papillome est détecté chez une femme, mais en l'absence de manifestations externes de la pathologie, un traitement spécial n'est pas nécessaire. La future mère devrait surveiller sa santé, bien manger, suivre strictement les recommandations du médecin et se soumettre régulièrement à un examen.

Dans le cas de la formation de verrues génitales pendant la grossesse, elles sont enlevées chirurgicalement avec un laser, une électrocoagulation ou une cryodestruction. Il est recommandé d'exciser les excroissances qui sont définitivement endommagées par les sous-vêtements, qui grossissent rapidement, qui sont localisées dans le vagin ou qui peuvent provoquer une obstruction du canal de naissance. Les papillomes externes qui ne causent pas de gêne ne doivent pas être enlevés. Après la naissance de l'enfant, la restauration du statut immunologique, ils peuvent se résoudre spontanément.

Pour la prévention de la primo-infection par le VPH, des médicaments antiviraux sans danger sont prescrits aux femmes enceintes:

  • Anaferon fait référence aux remèdes homéopathiques dont l'action principale est la production d'anticorps anti-HPV et d'autres virus, ainsi qu'une immunité accrue.
  • Viferon a un effet immunomodulateur et anti-prolifératif. Le médicament n'a pas de propriétés antivirales directes, mais empêche la croissance, la reproduction de cellules anormales. Favorise la réplication des particules virales et l'exposition aux agents immunitaires. Le médicament est prescrit à partir de la 14e semaine de gestation, à l'aide de suppositoires ou d'onguent vaginaux.

Toute pilule pendant la grossesse ne peut être prise que sur ordonnance. Pendant le traitement, la préférence est donnée aux préparations naturelles à base de plantes ou homéopathiques qui ne sont pas capables de pénétrer dans la barrière placentaire et qui ne nuisent pas au fœtus. Ce groupe comprend Umkalor, Örebro, Al'bator, Immunoflazid.

Le VPH pendant la grossesse provoque dans de rares cas le développement de complications et conduit à l’infection du nouveau-né. Le gynécologue prescrit un traitement antiviral à une femme infectée au stade de la planification familiale et surveille l'état de la future mère pendant la période de procréation. Si les condylomes, les papillomes grandissent, sont localisés dans le vagin, l'ablation chirurgicale pendant la grossesse ou la césarienne est indiquée.

Savoir si vous pouvez tomber enceinte avec le VPH et quelles sont les conséquences possibles pour un enfant?

Le papillomavirus humain ou HPV est une maladie qui affecte les organes génitaux. Il existe 4 types de VPH liés aux femmes. Les types 16 et 18 sont liés au cancer du col de l'utérus et les types 6 et 11 provoquent des verrues génitales.

Dans la plupart des cas, le VPH disparaîtra de lui-même, en utilisant les ressources propres du corps, mais certaines femmes peuvent développer un cancer de l’utérus si cette maladie n’est pas traitée. Si vous envisagez de devenir enceinte avec le VPH, il peut alors y avoir des problèmes avec la possibilité de devenir enceinte et le risque de transmettre le virus au bébé.

Des faits confirment qu'il est plus probable que le VPH soit enceinte, qu'elle se sente en sécurité pendant la grossesse et qu'elle donne naissance à un bébé en bonne santé.

Puis-je tomber enceinte avec le VPH?

La présence du papillomavirus, à l'exception du groupe du risque oncogénique, n'interfère pas avec la conception et le port du bébé en bonne santé.

Si un virus menace de développer une pathologie oncologique, il est nécessaire de passer un frottis pour examen cytologique. Les indicateurs normaux ne constituent pas une contre-indication à la planification d’une grossesse et le virus n’affectera pas la grossesse, vous pouvez donc devenir enceinte de verrues.

Ces facteurs affectent le moment de la gestation, peuvent provoquer une naissance prématurée.

Planification de la conception

  1. Planifiez un examen pelvien annuel et un frottis cytologique.
    • Parlez à votre sage-femme de la planification de la grossesse. Dans de rares cas, le traitement des verrues génitales peut entraîner une infertilité, des lésions du col de l'utérus, une réduction de la formation de mucus et, par conséquent, des difficultés de conception.
    • Discutez avec votre médecin de tout problème pouvant survenir pendant la grossesse avec le VPH.
  2. Efforcez-vous de protéger votre partenaire contre l'infection par le VPH.
    • Assurez-vous de ne pas avoir de verrues génitales lors de la planification. Ces formations sont très contagieuses et peuvent être transmises à travers la peau.
    • Conseillez à votre partenaire de prendre le vaccin contre le VPH pour se protéger contre les papillomes génitaux.
    • Pour le traitement du VPH (comme pour Garbasil), 3 injections sont prescrites. La seconde est faite un mois après la première. Et le troisième, dans 6 mois.
  3. Terminez le traitement contre le VPH avant de devenir enceinte.
    • Les médecins traitent les verrues génitales avec du courant électrique, des produits chimiques ou les retirent chirurgicalement.
    • Si votre test de Pap montre la présence de cellules précancéreuses, le médecin vous surveillera de plus près pour vous assurer qu'elles ne progresseront pas pendant la grossesse. La grossesse peut provoquer le développement rapide de cellules anormales. Dans la plupart des cas, après la naissance d'un enfant, ces cellules sont détruites seules.
  4. Visitez régulièrement votre sage-femme et discutez des risques liés à l'accouchement.
    • Il n'y a pas de lien entre le VPH et le travail prématuré, les fausses couches ou d'autres complications pendant la grossesse.
    • Un accouchement vaginal ordinaire n'est pas possible si les verrues génitales obstruent le cou.
    • Dans de très rares cas, le VPH peut provoquer une maladie infectieuse de la gorge, appelée papillomatose respiratoire du nourrisson, qui nécessite une chirurgie au laser fréquente pour empêcher les verrues de bloquer les voies respiratoires du nouveau-né.

Dans quelle mesure la maladie est-elle dangereuse pour les femmes?

Comme vous pouvez le constater, même avec la large propagation du virus, il n’ya pas de changements importants à grande échelle de la part du corps du fœtus ou de la future mère. On peut donc affirmer que le pathogène affecte rarement l’enfant.

Comment un virus peut-il affecter la grossesse et la conception?

Cela peut être une pathologie précancéreuse ou les stades précoces d'une tumeur maligne. Le cancer du col utérin, détecté à un stade précoce, répond bien au traitement. Pour ces raisons, il est recommandé aux femmes en âge de procréer de subir un examen de dépistage de la présence de cellules atypiques de l'épithélium muqueux.

Si, chez une femme avant la grossesse, la maladie se manifeste sous la forme de verrues sur les organes génitaux, en particulier sur le col de l'utérus, cela peut modifier la nature de l'écoulement. Comme vous le savez, la glaire cervicale détermine la possibilité de fécondation et contribue à la pénétration des spermatozoïdes dans l'utérus.

Si ses propriétés sont modifiées, il ne peut pas manquer les cellules sexuelles mâles, alors la grossesse ne viendra pas. De cette manière, l'agent pathogène crée lui-même l'environnement le plus favorable, ce qui rend plus difficile la grossesse avec le VPH.

Un autre danger est la transmission du virus au bébé pendant la grossesse. Cela se produit à travers les membranes amniotiques, ainsi que pendant l'accouchement, quel que soit le mode d'accouchement.

Le même risque d'infection de l'enfant est observé chez les femmes qui ont accouché naturellement, ainsi que par césarienne. Pour cette raison, l'opération n'est pas uniquement destinée à protéger le nouveau-né.

Implications pour l'enfant

Dans le seul cas où le virus peut constituer une menace pour la vie du fœtus - il s’agit de la formation de verrues anogénitales, ou verrues génitales. La cause de telles formations est l’infection du corps féminin du VPH de type 6 ou 11.

Ces types de virus sont considérés comme hautement oncogènes. Par conséquent, dans le contexte d'un déclin physiologique du statut immunitaire, ils provoquent le développement d'un cancer du col utérin. En outre, il existe une faible probabilité de transmission de l'agent pathogène au bébé lors de son passage dans le canal de naissance naturel.

Par la suite, ces enfants courent un risque élevé de développer une papillomatose laryngée (des excroissances se forment sur les cordes vocales). La maladie rend la respiration difficile, provoque un changement de timbre de la voix, allant jusqu’à l’aphonie.

Si les verrues sont situées à l'extérieur du canal de naissance, le risque pour l'enfant diminue souvent. Mais la femme elle-même court toujours le risque d'un affaiblissement important du système immunitaire. Le traitement des papillomes devrait donc commencer avant même la grossesse.

Dans une situation où les verrues étaient déjà présentes sur le corps avant la conception, elles peuvent augmenter de taille et changer de forme au cours de la grossesse. L’infection par le virus se produit souvent si les papillomes sont situés dans le vagin et l’anus, puis lors de l’accouchement, l’infection pénètre dans le corps de l’enfant. Mais ne vous inquiétez pas, l’immunité du nouveau-né seul résiste généralement à l’infection.

Accouchement avec le VPH

Tous les types de papillomes ne sont pas si dangereux. La science connaît plus d'une centaine de types de virus du papillome, mais seuls les types 6 et 11 présentent les symptômes ci-dessus. La majeure partie des agents pathogènes non seulement ne se manifeste pas, mais se transmet également, mais seul un troisième type de virus peut être infecté par contact sexuel.

Ainsi, il est possible d'accoucher si le virus est dans une phase passive, quand les symptômes de la maladie sont absents. Si des excroissances cutanées se forment dans le vagin et que le risque d'infection du nouveau-né est élevé, il est recommandé d'effectuer une césarienne au lieu de la manière naturelle. Ceux qui ont donné naissance à HPV devraient être traités après la grossesse.

Vidéos connexes

La vidéo a fourni des faits intéressants sur la planification d'une grossesse avec le VPH:

Grossesse et infection au papillomavirus humain

Pas aussi effrayant que cela puisse paraître. HPV - virus du papillome humain - une fois dans le corps de la future maman, il n'a pas d'effet négatif prononcé sur le fœtus ou la femme elle-même. Personne n'a encore prouvé que l'infection à papillomavirus humain ait un effet sur la grossesse. Les seuls cas où ce virus peut menacer un nourrisson sont les verrues anogénitales (verrues génitales) causées par une infection à HPV 6 et 11.

En règle générale, le virus du papillome humain est présent dans le sang de près de 90% des habitants de la Terre. Selon diverses sources, ils ont infecté 70 à 95% des personnes en âge de procréer. Et, d'ailleurs, la majorité du virus ne se manifeste pas. Sauf lorsqu'une personne a un système immunitaire affaibli. Le VPH est l’une des maladies virales les plus courantes. Il existe aujourd'hui des centaines de types différents de VPH. Troisième - transmis sexuellement. Manifesté par un condylome et un papillome dans le vagin, sur le col de l'utérus.

Mais la plupart des types de VPH ne présentent aucun symptôme. En outre, les mécanismes exacts de la transmission interhumaine de ce virus sont également inconnus.

Si, au moment de la conception, le VPH était sous une forme latente, il pourrait se faire sentir au cours de la grossesse par des papillomes - il s’agit de excroissances cutanées (verrues molles). Si elles étaient plus précoces, elles peuvent grossir et se modifier. Se débarrasser d’eux lors d’une situation intéressante n’est pas recommandé, car toute brûlure - stress pour la peau, et donc - pour le bébé. Par conséquent, une femme enceinte atteinte du VPH devrait toujours être surveillée de près. Aucune méthode de traitement ne lui a été prescrite qu'après la 28e semaine de grossesse. Après tout, à ce moment-là, les systèmes et les organes du bébé sont déjà formés et ne sont pas menacés par les effets négatifs des médicaments.

Dans de rares cas, le papillomavirus du fœtus peut affecter. Par exemple, si les condylomes (excroissances de la peau et des muqueuses ressemblant à des verrues colorées dans le corps, qui sont généralement situées dans l'anus et les organes génitaux) se trouvent dans le vagin, l'enfant risque de respirer avant l'heure prescrite et de recevoir le VPH avec cette respiration. Il y a une forte probabilité que l'enfant contracte le papillomavirus lors de l'accouchement - c'est pourquoi il a des verrues sur les cordes vocales. Par conséquent, il est vivement conseillé aux femmes souffrant de verrues vaginales de recourir à la césarienne.

Si les verrues ne sont pas dans le vagin, l'enfant ne contractera pas le VPH. Néanmoins, afin de ne pas affaiblir leur immunité, une femme enceinte atteinte du VPH devrait prendre soin de elle-même et entretenir son corps afin de préserver la santé. Après tout, c'est le VPH qui peut exacerber une maladie telle que le muguet.

Si une femme présente des lésions cutanées, elle devrait subir un test de dépistage du VPH avant la grossesse. Alors elle-même sera plus calme. En effet, certains types de virus peuvent être oncogènes et nécessiter une surveillance étroite de la part d'un médecin pendant la grossesse.

Il convient de rappeler que si les médecins ont découvert le VPH chez une femme avant la grossesse, vous devez suivre un traitement et il est préférable de commencer un enfant peu de temps après. De plus, il ne faut pas attendre longtemps - habituellement, le médecin donne son feu vert à la grossesse dès le cycle du mois suivant le traitement du VPH.

Cela est particulièrement vrai pour les personnes à qui on a prescrit un traitement à la podophyllotoxine (ce médicament antiviral cause la nécrose des verrues). Bien entendu, seul un médecin devrait prescrire tous les médicaments nécessaires.

Jusqu'à présent, aucun médicament n'a été trouvé pour guérir complètement le VPH. Le traitement moderne vise principalement à "réduire au silence" l'infection et à combattre les symptômes. Les condylomes sont soit supprimés (par exemple, par thérapie au laser), soit prescrits à des porteurs de médicaments réduisant la concentration du virus dans le corps.

Certains chercheurs pensent que le VPH est l’une des causes du cancer du col de l’utérus. Ils soutiennent que le traitement des verrues au cou à l'aide de la congélation ou d'une autre méthode est impossible, car une telle intervention peut entraîner une naissance prématurée.

Papillomavirus (papillomavirus humain) pendant la grossesse

Le papillomavirus pendant la grossesse (VPH, papillome, infection à papillomavirus humain) ne constitue pas une menace particulière pour la femme ni pour le bébé. La probabilité d'infection du bébé pendant l'accouchement n'existe qu'avec la manifestation du papillome dans le vagin. Dans l'utérus, cette infection n'est pas transmise.

Une manifestation externe de cette maladie est l'apparition de verrues sur le corps et les muqueuses. Cette maladie touche 92% de la population mondiale, c'est-à-dire que presque toutes les personnes ont le virus du papillome humain dans le sang.

Le danger pour l'homme n'est pas le virus lui-même, mais les conséquences qu'il entraîne. Le pire d'entre eux est le cancer. Bien entendu, cela ne signifie pas que si vous avez des verrues, vous aurez certainement un cancer! Sur les 65 variétés de HPV connues, seules 17 présentent un risque élevé d’oncogénicité (c’est-à-dire qu’elles peuvent déclencher le développement d’une tumeur maligne). À cet égard, le papillome nécessite une attention particulière et une surveillance médicale.

Si une personne est infectée par le virus du papillome humain, elle en restera le porteur à vie. La maladie peut ne pas apparaître du tout ou manifester de nouvelles tumeurs bénignes sur la peau ou les muqueuses. La principale méthode de traitement est l’information cosmétique (brûlure, élimination) des verrues, des papillomes et des verrues génitales.

Dans le cas d'un porteur du virus, sa forme cachée peut devenir active dans le contexte d'une diminution de l'immunité. Le cours latent du VPH peut durer plusieurs années. Mais lorsqu’ils sont exposés à des facteurs qui affaiblissent le système immunitaire, les papillomes qui ne se sont pas manifestés auparavant et qui sont dans un état de sommeil dans le sang du porteur se déclareront définitivement. Dans de tels cas, la maladie prend une forme active et affecte le tissu épithélial. Avec l'apparition de telles lésions, une personne devrait demander l'aide d'un médecin pour choisir une méthode de traitement des papillomes.

Certaines formes de VPH peuvent se développer en une tumeur maligne (cancéreuse), à ​​savoir le carcinome épidermoïde. Cette maladie se manifeste le plus souvent par un cancer du col de l'utérus, de la vulve (organes génitaux externes de la femme), du périnée, de l'anus et du pénis chez l'homme.

Pour les femmes, en plus d'un défaut esthétique, la présence de papillomes est plus dangereuse que pour les hommes. Selon l'OMS, lorsqu'une femme est infectée par le virus du VPH par contact sexuel, son risque de contracter le cancer du col de l'utérus augmente de 60%. Par conséquent, en cas de détection de tumeurs sur le col de l'utérus, nécessite leur retrait.

L'infection à papillomavirus humain se transmet principalement par le biais de rapports sexuels, de sang infecté, de contact avec la peau et les muqueuses touchées, et il est possible de transmettre le virus d'une mère atteinte de VPH au bébé pendant l'accouchement.

Les facteurs de risque d'infection à HPV comprennent la promiscuité sexuelle, la toxicomanie, le VIH et d'autres infections virales, l'abus d'alcool et le stress.

Papillomavirus et grossesse

Si une femme a un papillomavirus pendant la grossesse, cela ne pose en principe aucun danger significatif, si ce n'est que l'enfant peut être infecté pendant l'accouchement.

Bien entendu, il est préférable de rechercher la présence du VPH avant la grossesse et, si celle-ci est détectée, de suivre un traitement approprié. Certes, la grossesse devra être un peu retardée, car le médicament antiviral Podofillotoksin est habituellement prescrit pour le traitement des papillomes, ce qui entraîne la nécrose (la mort) du condylome et constitue une contre-indication à la grossesse lors de son utilisation. Par conséquent, il sera possible pour une femme de tomber enceinte quelque temps après la fin du traitement (généralement au cours du deuxième cycle menstruel).

Si une femme est déjà enceinte, le traitement du papillome est reporté à la 28e semaine de grossesse (jusqu'à ce moment, la femme est sous la surveillance particulière d'un gynécologue). Mais puisque l'utilisation de «Podofillotoksina» pendant la grossesse est absolument contre-indiquée, un traitement plus doux et plus conservateur sera sélectionné pour une femme.

Le VPH peut-il affecter le fœtus de quelque manière que ce soit? Non, ce n'est pas le cas, sauf lorsque des papillomes se trouvent dans le vagin de sa mère. Dans de tels cas, le bébé peut être infecté lors de son passage dans les voies maternelles. Il existe alors un risque sérieux de développer une maladie telle que la condylomatose du larynx chez le nouveau-né. En présence de papillomes vaginaux, il est recommandé à la femme de renoncer naturellement à l'accouchement et de recourir à un accouchement par césarienne. Si la localisation du condylome chez la future mère n'est pas dans le vagin, l'enfant ne peut pas l'attraper.

Le papillome constitue le principal danger pour une femme enceinte: en cas de diminution de l'immunité associée à des infections virales, la future mère peut aggraver (ou développer de nouvelles) diverses maladies, pouvant à leur tour entraîner des complications de la grossesse et des problèmes de santé. chez le gamin. Il est recommandé à ces femmes de prendre des mesures renforcées pour renforcer leur immunité et le respect d'un régime doux.

En outre, le papillomavirus pendant la grossesse peut provoquer l’apparition d’une femme et d’autres maladies infectieuses, notamment le muguet (candidose vaginale), qui peut pénétrer jusqu'au fœtus. Par conséquent, la surveillance de la santé des femmes, en particulier à la veille de l'accouchement, vous permet d'éviter les problèmes d'accouchement et les infections de l'enfant.

Aucun article lié.

VPH et grossesse: caractéristiques, risque pour le fœtus, symptômes, effets sur la conception

Papillomes pendant la grossesse - un phénomène fréquent. Contrairement à de nombreuses infections, le VPH pendant la grossesse n'est pas considéré comme une menace importante pour la santé du nourrisson ou de la mère elle-même. La maladie n'a aucun effet destructeur sur la formation du fœtus. La papillomatose génitale de la mère peut constituer l'unique menace pour le bébé, car il s'agit d'un risque grave de transmission naturelle de l'agent pathogène lors de l'accouchement.

Education (apparition) des papillomes 16, 18 types pendant la grossesse: photo

Les VPH 16, 18 et la grossesse sont des conditions qui nécessitent une surveillance immédiate de la part d'un spécialiste, car ces souches de l'agent pathogène peuvent conduire à la formation d'une tumeur cancéreuse.

Le papillomavirus (HPV) de type 16, 18 pendant la grossesse se manifeste sous la forme de processus épineux, le plus souvent concentrés dans les zones intimes de la femme. Ces excroissances ont le potentiel de développer un cancer. Lorsque le VPH est détecté chez la femme enceinte, la femme entre automatiquement dans le groupe à risque et est surveillée de près par un spécialiste.

Quel est l'effet du VPH sur le fœtus? Il y a une forte probabilité d'infection du nouveau-né pendant le processus de naissance. Après cela, le bébé peut développer une papillomatose des voies respiratoires ou de la bouche et de la gorge. La présence de HPV de ces types chez la femme enceinte est une indication pour une césarienne.

Si, au cours de la grossesse, le papillomavirus progresse activement et constitue une menace pour la vie du fœtus, la question de l'élimination des tumeurs est examinée. La méthode d'élimination est choisie par le médecin traitant en fonction de l'état du corps de la femme et du degré de développement de la maladie.

Papillomes pendant la grossesse - une indication pour subir un examen approfondi et complet. Une surveillance attentive du médecin est établie afin de prévenir l’impact négatif de la maladie sur l’enfant.

Grossesse et VPH 31

Plus récemment, le papillome de génotype 31 a reçu moins d’attention que les 16 et 18 ans. L’avis des médecins a quelque peu changé. HPV 31 occupe la deuxième place sur le risque de développer un cancer. L’apparition du papillomavirus (HPV) chez la femme enceinte est le développement de processus épidermoïdes. Les principales lésions de la papillomatose sont la région génitale et le col de l'utérus. Ce type est caractérisé par l'absence de verrues génitales.

Le principal danger d'un virus pour une femme est la possibilité d'apparition de papulose bovenoïde et de néoplasie. Pour un enfant, cela représente un risque important d'infection virale des voies respiratoires lors d'un processus naturel de naissance.

VPH 33 et grossesse. Y a-t-il un danger?

Quel est le degré de dangerosité du VPH pendant la grossesse? Le port du fœtus est un stress important pour le corps féminin. Le processus d'adaptation hormonale, la diminution de l'immunité et la prise de poids rapide sont les principales raisons de la croissance active des tumeurs. Les papillomes sont particulièrement fréquents dans les endroits où la friction est accrue.

Comment le papillomavirus affecte-t-il la grossesse? HPV 33 n'est pas dangereux pour le fœtus et n'affecte pas le processus de portage. Le risque d'infecter un enfant est faible. Cependant, le virus du papillome pendant la grossesse peut avoir un impact négatif sur la santé de la femme:

  • Avec une diminution des défenses de l'organisme, il se produit un développement actif de la pathologie et un risque de maladie oncologique. Lorsqu'un virus de ce type est détecté, il est important de procéder à une analyse histologique et cytologique.
  • Une augmentation de la zone intime pendant l'accouchement peut provoquer des saignements. Il est donc souvent préférable de subir une césarienne.

Papillomes pendant la grossesse: causes

Il n’existe pas de définition précise des causes de la papillomatose au cours de la grossesse; toutefois, certains facteurs à l’origine du développement actif de tumeurs ont été identifiés:

  1. Ajustement hormonal. Sous l'influence du stress hormonal, il se produit une croissance active des formations. Ces effets ne peuvent pas être évités, car la médecine moderne n'est pas en mesure de contrôler les sauts de ces substances dans le corps de la future mère.
  2. Prise de poids rapide. Le plus souvent, les néoplasmes HPV surviennent chez les personnes en surpoids. Vers le troisième trimestre de la grossesse, les femmes prennent rapidement du poids, ce qui provoque l'activation de la croissance des cellules virales. Contourner ce problème avec un contrôle clair de cet indicateur et ne pas permettre que le poids dépasse les normes établies.
  3. Friction et transpiration excessive. La papillomatose se manifeste le plus souvent dans les endroits où le frottement des vêtements ou des accessoires avec la peau est accru. En prenant du poids, beaucoup de choses deviennent petites. Le frottement de la peau sur les vêtements augmente. Pendant le port du fœtus, il est important de porter des vêtements confortables et spacieux, en évitant de frotter la peau. La papillomatose apparaît souvent dans les zones chaudes et humides du corps, de sorte que les zones de transpiration excessive sont les plus vulnérables. Pendant la grossesse, il est important de surveiller attentivement leur hygiène afin de prévenir l'apparition de signes pathologiques.
  4. Susceptibilité génétique d'une personne à la manifestation d'une infection. Si une femme est sujette à la papillomatose, elle doit déterminer l’effet du VPH sur la grossesse. Vous devriez également consulter un spécialiste: est-il possible de tomber enceinte avec le VPH?

Papillomes (HPV) pendant la grossesse: photos

Comment le papillome affecte-t-il la grossesse? Les symptômes de la maladie, en règle générale, tous les mêmes. L'apparition de tumeurs chez les futures mères n'est en rien différente des papillomes chez d'autres groupes de la population. Cependant, les éruptions cutanées au cours de cette période sont plus étendues et se caractérisent par une croissance active. Ils se trouvent souvent sur le visage, le cou, la poitrine, les épaules et les aisselles. Les écailles peuvent être gênantes pour la future mère et leur blessure est très dangereuse. Une lésion de la structure du néoplasme peut entraîner non seulement des saignements et une pénétration de l'infection, mais également l'apparition d'un cancer.

Les questions les plus fréquemment posées sont les causes de la maladie et l’impact des papillomes (HPV) sur la grossesse. Une réponse sans équivoque ne peut être donnée par un spécialiste qualifié qu'après une évaluation visuelle et un diagnostic.

VPH et planification de la grossesse

Comment le VPH affecte-t-il la conception et la grossesse? La présence de papillomavirus affecte non seulement la conception du fœtus, mais complique également le processus de portage. Lorsque des néoplasmes se trouvent dans la région des organes génitaux et des organes internes du système urogénital féminin, il est très probable que le processus générique naturel soit abandonné.

Puis-je tomber enceinte avec un papillome? Le VPH dans le corps de la femme n’affecte pas le fonctionnement des organes et des systèmes. Par conséquent, vous pouvez tomber enceinte avec le VPH. La question ne concerne que la sécurité de la santé de la mère et du bébé.

Est-il possible de devenir enceinte avec le papillomavirus du cancer à haut risque? Avant de planifier une grossesse, toute femme consciente consultera d'abord le gynécologue. Après un examen cytologique du frottis, il apparaîtra clairement s’il est possible de planifier la conception de l’enfant ou de remettre à plus tard la grossesse. Après le traitement avec le VPH, vous pouvez à nouveau revenir à cette question.

Si les résultats du dépistage indiquent des changements pathologiques, la conception est définitivement reportée. Si la charge virale est normale, vous pouvez devenir enceinte. Avec le VPH, l’état de la femme est surveillé en permanence. Si une infection est détectée, il n'est pas nécessaire de différer la planification de l'enfant, car le traitement correct du papillomavirus humain pendant la grossesse ou avant la conception donne de grandes chances de donner naissance à un bébé en bonne santé.

Le papillomavirus (HPV) affecte-t-il la conception?

Si une femme a des papillomes pendant la grossesse, ne vous inquiétez pas. La médecine n'a pas encore prouvé l'impact négatif de la maladie sur la gestation et la santé fœtale. Le virus ne provoque pas de pathologies et de malformations chez l'enfant, ne provoque pas de fausse couche ni de naissance prématurée. Le processus de conception du VPH n'a aucun effet.

La principale menace pour le fœtus est l’apparition de croissances caractéristiques dans diverses parties de la peau ou des muqueuses. La transmission de l'infection de la mère à l'enfant peut survenir pendant le développement du fœtus ou lors du passage du canal de naissance aux nouveau-nés. Les nouveau-nés chez le nouveau-né apparaissent généralement dans la région de l'anus, sur les organes génitaux, dans la bouche ou dans les voies respiratoires. Pour établir leur présence ne peut être qu'un médecin.

Le papillomavirus pendant la grossesse entre dans la phase active en raison d'une diminution de l'immunité de la femme. Un signe d'infection latente est considéré comme une manifestation de la croissance seulement après la conception. Souvent, les papillomes après la grossesse et la période d'allaitement se passent d'eux-mêmes. Ceci est dû à la stabilisation du fond hormonal et est un signe du fonctionnement normal du système immunitaire. Dans ce cas, il ne faut pas craindre pour votre santé, mais des visites périodiques chez le médecin traitant sont nécessaires. Les formations existantes pendant la gestation peuvent en modifier la forme, la couleur et les propriétés.

Certaines formes de la maladie peuvent constituer un obstacle à la conception d'un enfant. En cas de tentative infructueuse de fécondation, la probabilité d'un déroulement normal de la gestation dans le futur et la possibilité d'accouchement naturel sont considérablement réduites.

Papillome humain pendant la grossesse: que faire?

L’agent infectieux responsable de l’infection se trouve dans le corps de presque toutes les personnes; vous ne devez donc pas vous inquiéter et vous affoler si le médecin diagnostique le virus du papillome humain pendant la grossesse. L'infection ne survient que lorsque les conditions sont favorables à son développement. La principale cause des papillomes pendant la grossesse est l'affaiblissement des défenses de l'organisme. La manifestation des tumeurs doit être prise calmement.

Avant de planifier un enfant, il est toujours préférable de se faire tester pour un virus. Cela vous permettra de vous protéger et de protéger votre bébé, ainsi que de vous débarrasser de votre anxiété inutile. Il est particulièrement important de transmettre le diagnostic aux femmes qui ont déjà détecté l'agent pathogène.

Si les papillomes chez les femmes enceintes n'apparaissent pas dans les zones intimes et les organes du système urogénital, mais dans d'autres parties du corps, le risque de transmission de la maladie au fœtus est minime.

Le meilleur moyen de lutter contre l’infection au cours de cette période est de maintenir les défenses immunitaires de l’organisme. Lorsqu'elle porte un fœtus, une femme doit prendre soin de elle-même, bien manger et enrichir son régime alimentaire avec des produits qui favorisent la croissance immunitaire.

Quels tests de dépistage du VPH pendant la grossesse devraient être effectués?

Il existe les méthodes de diagnostic suivantes:

  • Autodétermination des signes du VPH. Il est possible de détecter la présence de papillomes de la sorte lorsqu'ils sont localisés sur le tégument externe de la peau et des muqueuses.
  • Détection de la papillomatose par examen médical visuel à l'aide d'un colposcope. La méthode ne permet qu'un diagnostic préliminaire. Pour une définition plus précise de la pathologie, il est nécessaire de subir une série de tests spéciaux.
  • La recherche PCR permet d'identifier le type de virus et de déterminer la possibilité de développer un cancer.
  • Le test HPV standard vise à identifier les cellules virales dans le corps. Toutes les femmes sont examinées lors de l'inscription.
  • Examen cytologique - identification de l'agent pathogène sur la base d'un frottis prélevé dans le canal cervical.
  • L'examen histologique est effectué sur la base d'une biopsie des tissus affectés. Le diagnostic vous permet de déterminer la probabilité d'oncologie.

Traitement du VPH chez les femmes enceintes

Quel que soit le scénario de développement de la maladie, toutes les femmes chez qui on a diagnostiqué un VPH pendant la grossesse ont besoin d'un traitement qualifié. Lorsque l'état des organes du système génito-urinaire change, la femme enceinte entre automatiquement dans le groupe à risque et doit être sous surveillance médicale constante. Il est important de réussir tous les tests assignés.

Le traitement médicamenteux au début de la gestation est contre-indiqué car son utilisation peut nuire à la santé du fœtus. Le traitement de la papillomatose avec des médicaments n’est effectué que vers le troisième trimestre. Le traitement vise l’immunomodulation et la suppression de l’infection.

L'enlèvement des pousses n'est effectué qu'en cas d'absolue nécessité, lorsque la pathologie menace le fœtus ou s'il existe un risque élevé de lésion des excroissances en cours d'accouchement, accompagnée du développement d'un saignement. Le choix de la technique de retrait est effectué par un médecin après avoir réussi tous les tests prescrits.

Afin de prévenir un effet négatif sur le fœtus HPV, lors de la planification d'une grossesse, il est préférable de consulter votre médecin et de passer des tests avant la conception.

LE MINISTÈRE DE LA SANTÉ AVERTISSE: "Les papillomes et les verrues peuvent devenir des mélanomes à tout moment."

Papillomavirus humain pendant la grossesse

La grossesse est la période la plus importante de la vie de chaque femme. Les futures mères sont particulièrement attentives à leur santé, de sorte que toutes les maladies sont généralement diagnostiquées dès les premières manifestations. Le VPH pendant la grossesse est assez courant. L'article suivant décrit les caractéristiques de l'évolution de l'infection à papillomavirus humain au cours de la grossesse.

Le principal coupable

L'agent causal de l'infection à papillomavirus humain est un virus qui infecte la couche supérieure de la peau et les muqueuses des organes génitaux. La transmission de ces virus n’est possible que de personne à personne, l’infection se produisant lors d’un contact avec la peau ou les muqueuses d’une personne malade. Après infection, le virus reste dans la peau et les muqueuses, il n’entre pas dans le sang ni dans d’autres organes. L'infection à papillomavirus humain n'est pas une maladie sexuellement transmissible. L’infection peut ne pas nécessairement se produire pendant les rapports sexuels, l’utilisation du préservatif, la virginité, un partenaire sexuel permanent ne sont pas une garantie de l’absence de VPH dans le corps.

L'infection à papillomavirus humain se caractérise par une évolution cachée (latente), la période d'incubation (de l'infection à l'apparition des premiers signes de la maladie) est longue, allant de 3 mois à plusieurs années.

D'autres HPV peuvent vivre longtemps dans le corps, même dès la naissance, et se manifester pour la première fois au milieu de la vie en raison d'une diminution de l'immunité. Lorsque cela se produit, l'activation du virus, sa reproduction améliorée et la maladie entre dans une phase de manifestations cliniques.

Synonymes

  • Infection causée par le VPH; verrues génitales.
  • CIM 10
  • A63 Autres maladies sexuellement transmissibles qui ne sont pas classées ailleurs.
  • А63.8 Autres IST précisées.
  • Q97.7 Les papillomavirus sont à l'origine de maladies classées dans d'autres rubriques.

Épidémologie de l'infection à papillomavirus humain

Le papillomavirus humain (VPH) est la cause des néoplasmes bénins et malins. Le virus infecte l'épithélium squameux stratifié de la peau et des muqueuses. Voie de transmission - contact, y compris sexuel. La transmission de l'infection à papillomavirus humain lors de l'accouchement est rare. Le tableau clinique de l'infection périnatale se développe sur 2 ans. La présence de verrues génitales chez les enfants de plus de 18 mois, en particulier de plus de 2 ans, indique la possibilité de violence sexuelle.

Le VPH est détecté à la fois dans les tissus endommagés et dans l'épithélium inchangé. Le type 16 de VPH est détecté dans 80% des cas de col utérin inchangé. Chez les jeunes femmes (âge moyen 22,9 ans), le VPH est détecté dans 33% des cas. Le plus souvent, le virus se trouve dans le canal cervical et la vulve - 46%. Dans la plupart des cas, l’infection est due aux types 16 et 18 du VPH. Loin de toutes les femmes infectées par des types HPV oncogènes, y compris les 16ème et 18ème, développeront une maladie cliniquement significative, qui se transformera en cancer du col utérin (CC).

Différents types de HPV ont été trouvés dans 99,7% des échantillons de biopsie prélevés sur des patients atteints de cancer du col utérin dans le monde, tels que les carcinomes épithéliaux plats et les adénocarcinomes.

La période d'incubation des verrues externes est de 2 à 3 mois, pour le cancer et les années précancéreuses.

Causes de l'infection à papillomavirus humain

Le VPH est un petit virus qui contient de l'ADN double brin. Actuellement, plus de 120 types de VPH sont connus. Plus de 30 types peuvent infecter le tractus génital. Tous les types de VPH se divisent en deux groupes: risque oncogène élevé, décelé dans les tumeurs malignes, et risque oncogène faible, décelé dans les lésions bénignes du col de l'utérus et les verrues.

Le groupe à risque oncogène élevé comprend 16, 18, 31, 33, 35, 39, 45, 51, 52, 56, 58, 59, 66, 68, 73, 82, le groupe à faible risque comprend 6, 11, 36, 42, 43, 44, 46, 47 et 50. En Europe, le VPH de type 16 est le plus courant, rencontré dans plus de la moitié des cas de cancer du col utérin.

Si l'on ajoute à cela quatre autres types de VPH (18, 31, 33 et 45), ils sont détectés dans plus de 85% des cas de cette maladie. L'infection causée par le VPH à faible risque oncogénique se fait généralement de manière bénigne avec un rétablissement rapide, dans les 12 à 18 mois.

Comment une infection virale peut-elle se produire?

Infection à papillomavirus humain

Le VPH peut être transmis très facilement, surtout en présence de microfissures ou de blessures, ce qui se produit généralement:

  1. Pendant les rapports sexuels, le sexe oral et anal.
  2. À la maison (lorsque vous utilisez des rasoirs, des tranchants, etc.), dans des lieux publics.
  3. L'infection virale Papilomo et la grossesse peuvent causer une infection chez le nouveau-né.
  4. Ne pas exclure les gouttelettes aéroportées.

Une fois dans le corps humain, le virus par le sang pénètre dans les cellules de la peau de l'épithélium ou de la membrane muqueuse, le régénérant et l'obligeant à agir différemment. En conséquence, et apparaissent des néoplasmes. Bien que la période d'incubation soit en moyenne de deux à trois mois, le VPH peut durer plusieurs années.

Pathogenèse

La cible principale des effets des types de HPV oncogènes est la zone de transformation cervicale, dans laquelle se développent les changements dysplasiques et précancéreux. Progression possible des modifications cellulaires associées à l’infection par le VPH au développement du cancer du col de l’utérus. L'ensemble du processus prend généralement de 10 à 40 ans, mais dans de rares cas, il peut se développer en un à deux ans.

Symptômes d'infection par le VPH pendant la grossesse

Développement sur la peau et / ou les muqueuses de la région anogénitale de croissances exophytiques similaires à celles du chou-fleur; kératinisant, dominant au-dessus du niveau de la peau, ce qui provoque des saignements, des démangeaisons et des écoulements. Chez les femmes, localisation fréquente - le col utérin. Souvent, plusieurs sites sont affectés simultanément (par exemple, le col utérin, le vagin et la vulve). La taille et le nombre de verrues sont différents. Pendant la grossesse, le tableau clinique peut varier. Les verrues externes sont rarement malignes. Seuls certains types de VPH causent des cancers du col utérin et ano-rectal, ainsi que des cancers de la vulve et du pénis. L'infection est souvent asymptomatique. La complication la plus terrible est le cancer du col utérin.

Complications de la gestation

Porter le VPH n'affecte pas le cours ni l'issue de la grossesse. Seuls des cas isolés de papillomatose laryngée chez des nouveau-nés nés de mères présentant des verrues génitales étendues ont été décrits.

Cours de grossesse

Pendant la grossesse, les condylomes visibles se reproduisent souvent, ont tendance à augmenter de manière significative, deviennent lâches, de grandes formations peuvent causer des difficultés lors de l'accouchement. Il est prouvé que l'infection initiale par le VPH pendant la grossesse peut entraîner une interruption du traitement, mais la question de savoir si une telle infection provoque des anomalies du développement du fœtus est une question controversée. Selon différents chercheurs, la fréquence de transmission du VPH de la mère au fœtus varie de manière assez significative - de 4 à 80%.

La manière dont le virus est transmis n'est toujours pas connue avec précision. Il est fort probable que le canal du col utérin et les membranes fœtales passent par le canal ascendant ou par contact lorsque l’enfant passe par le canal de naissance de la mère. Récemment, l’infection par le VPH au cours de l’accouchement a été associée au développement de papillomatose laryngée, de trachée et de bronches ainsi que de verrues anogénitales chez les nourrissons.

La maladie est assez rare. De plus, des cas de cette maladie chez des enfants nés avec une césarienne sont décrits. Par conséquent, la présence du VPH et ses manifestations chez une femme enceinte ne constituent pas une indication pour une césarienne. Les indications chirurgicales ne peuvent être que la présence de verrues géantes, ce qui rend difficile l'accouchement par le canal de naissance. Mais de tels condylomes ne surviennent que chez les femmes présentant une immunodéficience sévère, telle que le SIDA.

Après la naissance, le VPH détecté pendant la grossesse n’est le plus souvent pas détecté et les manifestations cliniques se présentant sous la forme de croissances massives sont considérablement réduites ou disparaissent. Il convient de noter que le VPH a été détecté pour la première fois pendant la grossesse, en règle générale, il ne l'est pas après l'accouchement.

Diagnostic du VPH pendant la grossesse

Le diagnostic vise à identifier les types de HPV oncogènes: typage du virus avec définition de génotypes spécifiques, durée de persistance du virus dans le canal cervical du col utérin; charge virale (quantité de virus) et degré d'intégration du virus dans la cellule hôte. En présence de types HPV oncogènes, un examen cytologique est requis et si une dysplasie de l'épithélium cervical du col utérin est détectée, une biopsie avec examen histologique est requise.

Anamnèse

  • plus de 35 ans;
  • pathologie du col utérin;
  • Antécédents d'infections sexuellement transmissibles;
  • la prostitution;
  • début précoce de l'activité sexuelle;
  • la présence d'un grand nombre de partenaires sexuels;
  • changement fréquent de partenaires sexuels;
  • états d'immunodéficience.

Examen physique

Détection vue dans les miroirs: verrues anogénitales, érosion cervicale et autres lésions du canal cervical.

Tests de laboratoire

Dans les formes asymptomatiques, l’épithélium racleur de l’urètre et / ou du canal cervical est utilisé comme matériau d’étude des types oncogènes HPV. Pour la détection du virus, seules des méthodes de diagnostic moléculaires-biologiques sont utilisées (PCR, PCR en temps réel, PCR utilisant un piège hybride) avec typage des types oncogènes et non oncogènes et détermination de la charge virale (quantité d'ADN du virus).

Lors de la détection de types oncogènes de HPV, il est impératif de mener une étude cytologique afin d'établir le degré de dysplasie de l'épithélium du canal cervical. Avec un degré élevé de dysplasie, un examen histologique est effectué. S'il y a des verrues génitales externes, la dactylographie du VPH n'est pas effectuée.

L'examen sérologique n'est pas utilisé.

Études instrumentales

Avec la localisation des verrues sur le col de l'utérus dépenser colposcopie, et avec la localisation dans la zone de l'ouverture externe de l'urètre - urétroscopie. Pour visualiser les manifestations infracliniques de l’infection à papillomavirus sur la peau et les muqueuses, utilisez la méthode de détection des dommages à l’acide acétique: de l’acide acétique à 5% est appliqué sur la peau des organes génitaux ou du col de l’utérus; Les patients présentant des lésions cliniquement visibles n'utilisent pas cette technique.

Dépistage

Toutes les directives existantes pour la prévention du cancer du col utérin fournissent des recommandations pratiques concernant la sélection des groupes cibles pour le dépistage, les intervalles pendant le dépistage, ainsi que des stratégies pour des groupes particuliers de patients.

Sur la base de l'expérience de divers pays dans l'organisation du dépistage du cancer du col de l'utérus, les recommandations suivantes ont été proposées pour la première fois dans notre pays aux fins de la réalisation de programmes de prévention en Russie.

  • L'âge de début du dépistage est de 25 ans.
  • L'âge auquel il est inapproprié de continuer le dépistage est de 65 ans.
  • Intervalles de dépistage - tous les 3 ans pour les femmes de moins de 50 ans et tous les 5 ans pour les femmes de 50 à 65 ans.

Groupes de patients spéciaux:

  • les femmes atteintes de maladies de l'utérus;
  • femmes atteintes d'hystérectomie subtotale;
  • femmes atteintes d'hystérectomie pour cancer invasif du col utérin.

Les femmes enceintes qui n'ont pas participé au dépistage devraient se soumettre à un examen cytologique lors de leur inscription à une grossesse, puis, comme il est recommandé, en dehors de la grossesse.

Diagnostic différentiel

Molluscum contagiosum

  • Micropapillomatose des lèvres génitales
  • Papules nacrées du pénis
  • Kératose séborrhéique
  • Naevus intradermique
  • Сancer in situ
  • Indications pour consulter d'autres spécialistes

    Lors de la détection d'une dysplasie de l'épithélium du canal cervical II - III degré, d'un cancer in situ, d'un cancer du col utérin, la consultation de l'oncogynécologue est indiquée.

    Traitement de l'infection par le papillomavirus humain pendant la grossesse

    Les thérapies qui garantissent efficacement la guérison complète de l'infection à papillomavirus humain ne le sont pas. Une immunité cellulaire propre peut supprimer l’activité du VPH pendant un certain temps, mais les verrues sont susceptibles de récidiver. On pense que l'élimination des verrues génitales réduit le risque de transmission du virus, ainsi que le risque de transformation maligne, mais ne les élimine pas complètement.

    Objectifs de traitement

    Le virus n'étant pas toujours éliminé, le traitement vise à éliminer les verrues anogénitales, le traitement de l'érosion cervicale et la dysplasie de l'épithélium du canal cervical. Toutes les mesures diagnostiques, prophylactiques et thérapeutiques visent à prévenir le cancer du col utérin.

    Traitement non médicamenteux

    La méthode de la cryothérapie est possible pour les petites verrues génitales et périanales externes, ainsi que pour les lésions intra-épithéliales bénignes du col de l'utérus.

    Cela nécessite un équipement spécial et un spécialiste qualifié. Une anesthésie locale ou une anesthésie est nécessaire. Un bon résultat est généralement obtenu, mais dans certains cas, des cicatrices peuvent rester.

    Traitement médicamenteux du bermice

    En présence de petites verrues génitales et périanales externes, aucun traitement médicamenteux pendant la grossesse n’est pratiqué.

    Traitement chirurgical

    Il est utilisé en présence de verrues génitales étendues ou de lésions cervicales graves (cancer in situ ou cancer du col utérin).

    Traitement du condylome chez le bouleau

    Le traitement du VPH et des verrues doit être effectué au cours du premier trimestre de la grossesse. En présence de formes exophytiques, leur élimination est indiquée, car il est possible d’attendre à une date ultérieure leur croissance rapide. Ceci est lourd de complications diverses pendant la grossesse et l'accouchement.

    Dans les cas où des manifestations actives du VPH, y compris les CIN 1 et 2, sont identifiées, l'interruption n'est le plus souvent pas effectuée. Après traitement, la colposcopie et la cytologie sont à nouveau effectuées. Si CIN 2-3 est détecté à court terme, il est plus optimal de fournir un avortement et un traitement approprié. Cependant, les tactiques peuvent être différentes, la décision est prise spécifiquement dans chaque cas en fonction de la période, de l'âge du patient, du tableau clinique et de l'examen. Dans ce cas, il est obligatoire de consulter un oncologue. Il est possible de microconiser le col avec un accouchement par césarienne.

    En présence d'un cancer du col de l'utérus, à condition que la profondeur de l'invasion de la tumeur ne dépasse pas 3 mm, une conisation cervicale (peu profonde) est réalisée. La partie distante est soumise à un examen histologique. Les tactiques sont déterminées après l'obtention des données histologiques avec un oncologue. Les chirurgies radicales sont effectuées 4 à 6 semaines après l'accouchement. Cela vaut la peine de dire qu’il n’ya absolument aucune tactique uniforme dans de tels cas et que la décision est prise individuellement.

    En conséquence, le bébé peut développer une maladie très grave du larynx - une papillomatose respiratoire récurrente. Il est très difficile à traiter et ces enfants deviennent souvent handicapés. Heureusement, cette maladie est rare.

    Indications d'hospitalisation

    Si nécessaire, une hospitalisation pour intervention chirurgicale est nécessaire.

    Prévention et pronostic des complications de la grossesse

    Pour la prévention de la papillomatose du larynx chez le nouveau-né en présence de verrues volumineuses ou multiples dans la région génitale d'une femme, une opération du SK est recommandée. Avec le VPH oncogène élevé, il n'y a pas de recommandations spéciales.

    La prévention primaire du cancer du col utérin implique de prendre des mesures contre les personnes qui ne présentent pas de signes de la maladie afin d'empêcher son développement à l'avenir. Un exemple classique de prévention primaire de toute maladie est la vaccination, pratiquée en dehors de la grossesse.

    La prévention secondaire du cancer du col utérin implique le dépistage précoce et le traitement des personnes présentant des signes de la maladie afin de ralentir ou d’arrêter sa progression.

    La prophylaxie tertiaire est l'ablation chirurgicale d'une tumeur avancée associée à une radiothérapie ou à une chimiothérapie.

    Évaluation de l'efficacité du traitement

    Le contrôle de la guérison est effectué au moyen d’examens périodiques (1 tous les 6 à 12 mois) de patients, d’un examen cytologique, de la détermination des types oncogènes du virus et de leur génotypage. La détection de contact n'est pas requise. Les partenaires sexuels doivent être examinés et examinés, en présence de manifestations d'infection à papillomavirus humain - à traiter.

    Lorsque des verrues anogénitales sont détectées, l'enregistrement est effectué selon le formulaire 089 / у-кв.

    Information du patient

    Persistance possible à long terme du virus sans développement d'un cancer du col de l'utérus, ainsi que l'élimination du virus sans traitement. Avec la persistance à long terme du génotype du virus avec une activité oncogène accrue, son intégration dans le génome cellulaire avec le développement d'une dysplasie cervicale, une tumeur maligne est possible. Dans le cadre de la transmission sexuelle du virus, les partenaires sexuels doivent être examinés. Si un risque oncogène élevé est détecté dans le canal cervical du VPH, un examen anatomopathologique doit être effectué une fois par an. En cas de dysplasie cervicale du troisième degré ou de cancer du col utérin, une observation et un traitement par l'oncogynécologue sont nécessaires.

    Lorsque les types de VPH présentant un risque oncogène élevé chez les femmes enceintes sont détectés, la grossesse se poursuit. En présence de dysplasie cervicale, un examen colposcopique et colipocytologique est effectué.