Principal

Varicelle

Herpès de type 6 chez les enfants

En parlant d’herpès, de nombreux parents imaginent un tableau classique: une éruption cutanée cloquante et désagréable rampe sur la lèvre ou dans le nez, elle démange et démange. Beaucoup croient qu'il est apparu en raison de l'hypothermie, du froid. En fait, tout est beaucoup plus compliqué. L'herpès est un virus. Au total, il existe 8 virus herpétiques, le plus "enfantin" étant le virus de l'herpès de type 6 chez l'enfant.

Qu'est ce que c'est

La science médicale a étudié les cinq virus herpétiques en détail et bien, en ce qui concerne le reste des questions, il y a plus de questions que de réponses.

  • Le premier est le virus de l'herpès simplex, qui se présente sous la forme de plaques vésiculaires sur les lèvres, les muqueuses du nez et moins souvent dans la bouche et la gorge. Pour les rhumes, il n'a rien à faire. La vérité, c’est que l’hypothermie peut devenir un déclencheur de l’activation du virus, qui existait auparavant dans le corps et qui ne se manifestait pas.
  • Le deuxième type de virus de l'herpès est un membre très désagréable de la famille, qui provoque une infection génitale. Il se manifeste par une petite éruption aqueuse dans la région génitale et est assez dangereux pour les femmes enceintes.
  • Le virus herpétique du troisième type est parfaitement familier à tous les adultes, il provoque une maladie infantile - la varicelle, également appelée «varicelle».
  • Le quatrième représentant herpétique est le virus d'Epstein-Barr, qui, s'il coïncide toutes les circonstances favorables, peut provoquer une méningite, une hépatite toxique et même des tumeurs oncologiques.
  • Le cinquième type de virus a un nom bien défini - cytomégalovirus. Il provoque une maladie très spécifique - la cytomégalie.
  • Les virus herpétiques des sixième, septième et huitième types ne sont pas encore suffisamment étudiés. Ils n'ont pas encore de noms, ils sont désignés par l'abréviation VG-6,7,8. De cette mystérieuse trinité, le sixième virus est le plus étudié. En ce qui concerne les septième et huitième - les scientifiques ont été en mesure de formuler et de décrire uniquement les symptômes, et assez approximativement.

Le septième type de virus de l'herpès provoque une fatigue chronique, des dépressions fréquentes, des ganglions lymphatiques enflés et une fièvre pouvant persister pendant des mois sans diminution ni raison apparente.

  • Le huitième herpès infecte les cellules du système immunitaire, provoquant l'apparition de lymphomes, notamment le cancer du tissu lymphoïde.

Comment ça marche?

Pour comprendre le fonctionnement du VG-6, il est nécessaire de comprendre le principe de l’impact de tous les virus herpétiques, c’est à peu près le même pour chaque type. Une fois dans le corps humain, un tel virus ne le quitte jamais. Après la phase aiguë (et la plupart des maladies provoquées par ces virus sont de nature aiguë et violente), une période de calme s'ensuit - le virus existe en silence. La rechute est le résultat de certains facteurs - stress, hypothermie, affaiblissement du système immunitaire dû à une autre maladie.

Les virus de l'herpès ont leur propre ADN, ils peuvent entrer en contact avec le système immunitaire de leur porteur et rester avec la personne toute la vie. Ces agents frappent non seulement les personnes, mais également les animaux, ainsi que les oiseaux.

Après être entrés dans le corps, les agresseurs herpétiques insèrent leur propre ADN dans les cellules cibles touchées, les forçant à refuser d’exercer leurs fonctions et à commencer à assurer l’activité vitale du virus lui-même.

Selon le degré de prévalence, l'agressivité, la structure de leur génome, tous les virus de l'herpès sont divisés en herpès alpha, herpès bêta et herpès gamma.

Le sixième type d'herpès a également une classification conditionnelle. Il est divisé en deux types - 6A et 6B. Les deux sont distribués de telle manière qu'ils se retrouvent dans le sang de 95% de la population de la planète. 6A est considéré comme un virus neurovirulent capable d'infecter les cellules nerveuses, se propageant le plus souvent dans le sang. Comme hypothèse, les scientifiques ont avancé une version selon laquelle 6A est la cause fondamentale du développement de la sclérose en plaques, mais il n’existe pas encore de preuves suffisantes.

6B provoque chez les enfants une maladie aussi mystérieuse qu'une éruption cutanée soudaine, également appelée roséole pour enfants (et qui, pour le type d'agent pathogène, a reçu un autre nom - "la sixième maladie"). Les enfants et les plus jeunes représentants de l'humanité - les enfants de moins de 2 ans - sont à risque. De nombreux enfants malades sont âgés de 9 mois à un an.

Danger

En toute justice, il convient de noter que le virus de l’herpès 6A n’est dangereux que pour les immunodéficients présentant une pathologie réduite. Dans cette condition doit être compris pas un nez qui coule et les infections virales respiratoires fréquentes, et les maladies graves du système immunitaire (par exemple, l'infection à VIH). Lorsque les parents disent qu'un enfant a une faible immunité, dans la plupart des cas, ces déclarations n'ont rien à voir avec une véritable faiblesse immunitaire.

Le virus le plus commun est 6B. De nombreux transporteurs ne se rendent même pas compte qu'un agent étranger possédant son propre ADN vit dans leur corps.

Même si une fois la rose rose se manifeste, l’immunité d’une personne réprimera toute l’activité du virus tout au long de sa vie, ce qui permettra de ne plus tomber malade d’une infection aiguë.

Si l'on prend en compte le fait que la majorité de la population adulte a un tel virus dans son corps, l'enfant est généralement infecté dès les premiers mois de sa vie indépendante dans ce monde. Le plus souvent, il est infecté par maman. Le virus de l'herpès se transmet généralement par la salive.

De nombreux pédiatres pensent que le sixième type d'herpès B n'est pas très dangereux. Les conséquences négatives possibles ne peuvent être associées qu'à ces symptômes, qui dans la phase aiguë de la maladie sont eux-mêmes dangereux pour les enfants de moins de 2 ans. Il s'agit d'une forte fièvre pouvant entraîner des convulsions, une perte de conscience, une déshydratation, des perturbations de l'activité du système nerveux central.

Virus de l'herpès de type 6 (HHV-6)

Le type de virus herpès 6, en science, également appelé HHV-6, est une infection qui n’est pas moins commune dans le monde que les virus de l’herpès des types 1 et 2 qui sont communs à beaucoup. Le virus HHV-6 a infecté des personnes dans tous les pays du monde et, jusqu'à présent, les scientifiques n'ont trouvé aucune population humaine dans laquelle au moins une personne infectée n'était pas présente.

La raison de cette prévalence de l'infection réside dans sa nature spécifique.

Principales caractéristiques du virus

Le virus HHV-6 est l’un des neuf virus de l’herpès, pour lequel une personne est soit le vecteur unique, soit le vecteur principal. En termes simples, pour ces neuf types de virus, les dommages causés aux animaux sont anormaux.

En outre, comme la plupart des autres virus de l'herpès, l'herpès de type 6 vit chez la plupart de ses propriétaires sans le savoir: une fois manifesté, le système immunitaire développe cette protection, ce qui inhibe davantage le développement de l'infection tout au long de la vie. De plus, l’immunité d’une personne réagit plus fortement au virus de l’herpès de type 6 qu’au virus de type 1, qui provoque généralement le «rhume» bien connu sur les lèvres. De ce fait, même après avoir souffert de maladies, de stress et d’un déclin saisonnier de l’immunité, la récurrence de l’herpès de type 6 est presque toujours asymptomatique.

En conséquence, la plupart des porteurs du HHV-6 ne sont même pas au courant de sa présence dans le corps. Comme les autres virus de l’herpès humain, il est indestructible: aujourd’hui, la médecine n’a aucun médicament qui puisse complètement détruire ce virus dans le corps.

Et peut-être que la chose la plus importante est que le virus de l'herpès du sixième type se manifeste le plus souvent et clairement chez les enfants. Aujourd'hui, les scientifiques pensent que cette infection est le plus souvent transmise par la salive et que, dès lors, les jeunes enfants s'y accrochent dès les premiers jours de contact avec la mère ou d'autres personnes porteuses du virus.

Cependant, au cours des premiers mois de vie, l’infection de l’enfant n’entraîne aucune conséquence: l’immunité innée transmise par la mère supprime avec confiance les particules virales. Ce n'est que si le corps de la mère n'est pas au courant de cette infection et si l'enfant est infecté par une autre personne que les symptômes typiques de la maladie peuvent survenir chez un nourrisson au cours des premiers mois de sa vie. Habituellement, les enfants sont malades, âgés de 4 à 13 mois.

Le virus de l'herpès de type 6 peut masquer ses manifestations sous les symptômes d'autres maladies. Souvent, dans la pratique médicale, il existe une erreur dans laquelle la présence de l'agent pathogène dans l'organisme est déterminée par la présence dans le sang d'immunoglobulines courantes ou très similaires à celles du virus de l'herpès de type 7. En raison d'une telle réaction croisée et pour d'autres raisons, des diagnostics incorrects sont souvent établis et les statistiques réelles de la maladie à herpès de type 6 sont très imprécises.

Façons de transférer

Dans la grande majorité des cas, le virus HHV-6 est transmis par la salive, chez laquelle il est retrouvé chez 90% des adultes. Beaucoup moins souvent, les amygdales palatines constituent un réservoir d'infection. Dans tous les cas, la possibilité de transmission du virus de la mère à l'enfant pendant l'allaitement est pratiquement éliminée.

Dans certains cas, les médecins enregistrent la transmission de l'agent pathogène de la mère à l'enfant directement pendant le travail. Les recherches ont montré que le virus de l'herpès est présent dans la sécrétion vaginale chez 2% des femmes enceintes et dans 1% dans le sang du cordon ombilical. Il n’est pas surprenant qu’au cours de l’accouchement, une infection puisse facilement pénétrer dans le corps d’un enfant par microtraumatismes et égratignures.

Le plus souvent, l'herpès de type 6 concerne les enfants âgés de 7 à 12 mois et, en général, 90% des infections primaires se produisent chez des enfants de moins de 2 ans. Chez les nourrissons de moins de 4 mois, la valeur du titre en anticorps IgG obtenus de la mère et assurant l'immunité contre l'herpès est encore très élevée. Avec une diminution du niveau d'IgG à un âge plus avancé, le risque de contracter la maladie augmente considérablement.

Histoire de la découverte

Le virus de l'herpès de type 6 a été découvert et suffisamment étudié en 1986 par les biochimistes américains Daram Ablashi et Robert Halo. Ils ont été engagés dans l'étude de cellules sanguines cultivées de patients atteints du SIDA et de diverses maladies lymphoprolifératives. Dans les cellules de l'une des cultures, ils ont découvert les corps intraplasmiques, qui ont initialement reçu le nom de virus B-lymphotrophe.

Peu de temps après une enquête plus approfondie menée par le Dr Alabashi, il s’est avéré que le virus appartenait aux virus de l’herpès. Il a été nommé HHV-6 et, déjà en 1988, une connexion a été établie entre lui et l'exanthema soudain (un autre nom est roseola). Le virus lui-même est l'agent étiologique de cette maladie, alors que, selon des scientifiques, le roséola était causé par un entérovirus jusque-là inconnu. Après des recherches approfondies, le HHV-6 a été divisé en deux sous-types qu’il a été décidé en 2012 de classer comme espèces distinctes. Parmi ceux-ci, le HHV-6A provoque divers troubles du système nerveux chez l'adulte, et le HHV-6B conduit à l'apparition d'un roséole en pédiatrie.

Les symptômes les plus évidents de la maladie chez les enfants infectés par le virus HHV-6B. Ils désignent le plus souvent l'herpès de type 6.

Symptômes de la maladie causée par le virus de l'herpès de type 6

Le principal symptôme de la maladie causée par le virus de l'herpès simplex du sixième type est une éruption cutanée étendue et de petite taille chez l'enfant, souvent appelée roséole pédiatrique, sixième maladie ou pseudorasine. Les petites éruptions cutanées se propagent légèrement sur la peau et ne causent généralement pas de démangeaisons.

Toujours quelques jours avant l'apparition d'une éruption cutanée chez un enfant, il se produit une augmentation de la température, caractéristique de la fièvre. Cependant, même à cette température corporelle, l'enfant reste actif. La chaleur dure de 4 à 5 jours, après quoi elle tombe brusquement et l'enfant gicle.

Il arrive que la maladie évolue sans éruption cutanée et une telle exacerbation se confond facilement avec une infection à entérovirus ou à la rougeole. Selon les recherches, dans 20% des cas de diagnostic "fièvre", l'herpès est la cause réelle. La liste des candidats sous lesquels la maladie peut être masquée est longue: rougeole, rubéole, méningite, otite, sepsie, éruption médicamenteuse, pneumonie bactérienne, érythème infectieux.

À propos, il est également utile de lire:

Si l’éruption cutanée de l’enfant apparaît, elle ne dure pas longtemps sur la peau: dans certains cas, elle disparaît en quelques heures et peut parfois durer plusieurs jours. En parallèle, l'appétit de l'enfant disparaît, il devient sédentaire et irritable, parfois il présente une augmentation du nombre de ganglions lymphatiques.

Les manifestations plus graves de l'infection primaire par l'herpès de type 6 sont:

  • méningo-encéphalite;
  • myocardite;
  • hépatite fulminante;
  • purpura thrombocytopénique;
  • syndrome de mononucléose;
  • pneumonie diverses.

Il est important de se rappeler que la maladie se manifeste souvent comme un satellite d'autres maladies et que nombre de ses manifestations peuvent être confondues avec les symptômes de tels précurseurs étiologiques.

Parfois, dans le contexte de l'herpès, l'éosinophilie et le syndrome d'hypersensibilité à divers médicaments peuvent se développer.

Après avoir souffert d'une maladie causée par le virus HHV-6 pendant l'enfance, le corps acquiert une immunité à vie et l'infection ne se manifeste pas chez l'adulte. Bien que le virus soit assez souvent activé dans le corps, lorsqu’une analyse de sang permet de déterminer sa présence, chez les personnes ayant une immunité normale, ces rechutes sont asymptomatiques.

Dans les rares cas où le virus pénètre dans l'organisme adulte pour la première fois, il provoque approximativement les mêmes symptômes que chez l'enfant: fièvre et éruption cutanée. Il est à noter que dans de nombreux cas, ces symptômes sont confondus avec les effets secondaires de la prise de divers antibiotiques.

Le pronostic pour une maladie causée par le virus de l’herpès de type 6 est toujours positif: aucun cas de décès n’a été enregistré. Cependant, la présence même d'une infection dans le corps et son activité invisible conduisent souvent au développement d'autres maladies plus dangereuses et parfois mortelles...

Complications possibles

Chez les enfants, des convulsions fébriles peuvent survenir pendant la phase de montée en température et, dans de très rares cas, une pneumonie, une méningite ou une encéphalite peuvent se développer. Une conséquence des convulsions à un âge très précoce peut être le développement de l'épilepsie.

Chez l'adulte, les complications de la récurrence de l'herpès de type 6 surviennent généralement lorsque l'immunité décroît après une maladie, lorsque les régimes manquent de vitamines, ou lorsque la suppression volontaire de l'immunité, requise par certains traitements du cancer et des maladies du sang. Et ces complications sont souvent extrêmement dangereuses.

La participation du virus de l'herpès HHV-6 au développement des maladies suivantes a été prouvée:

  • La sclérose en plaques est une maladie auto-immune du système nerveux caractérisée par des perturbations du système nerveux et l'apparition de divers symptômes de névrose. Cette maladie n'a aucun rapport avec la perte de mémoire sénile, bien que le désordre des fonctions mentales puisse en être une des conséquences;
  • Le lichen rose n’est pas la plus terrible des maladies, mais il provoque une gêne et des démangeaisons lorsque des taches apparaissent sur la peau. Pink versicolor n'est pas traitée, mais passe d'elle-même et les manifestations de ses symptômes peuvent être atténuées à l'aide de médicaments spéciaux.
  • Le syndrome de fatigue chronique est l'une des maladies les plus courantes associées à l'herpès de type 6. Il se caractérise par des troubles du système nerveux central et périphérique, des troubles métaboliques et une sensation de fatigue constante. Le syndrome de fatigue chronique commence par un rhume ou une maladie infectieuse, conduit à une élévation de la température pendant plusieurs jours, puis à un rétablissement apparent. Cependant, la faiblesse et le manque d’énergie du patient persistent même après la disparition des symptômes restants, ce qui peut entraîner des troubles mentaux et des problèmes sociaux. Malgré le fait que le rôle principal du virus HHV-6 dans le syndrome de fatigue chronique n’ait pas été prouvé, dans presque tous les cas de développement de cette maladie, des particules de virus de l’herpès viral récurrent 6 sont retrouvées dans le corps du patient;
  • La thyroïdite auto-immune est une inflammation chronique de la glande thyroïde. Avec un traitement insuffisamment intensif, elle se transforme souvent en hypothyroïdie.
  • Névrite rétrobulbaire. Trois cas de développement de cette maladie en raison de la récurrence du virus de l'herpès de type 6 sont connus en médecine, et les trois se sont développés chez les nourrissons. Cette maladie est extrêmement dangereuse car, dans un court laps de temps, entraîne une perte de vision.
  • Échec hépatique, parfois enregistré comme conséquence de la manifestation du HHV-6 chez les jeunes enfants;
  • Le cancer Tous les virus de l'herpès ont tendance à conduire au développement de l'oncologie, et HHV-6 ne fait pas exception. Le plus souvent, cela conduit au développement de sarcomes de Kaposi, de lymphomes, de leucémies, de cancers du col utérin et de tumeurs au cerveau. De toutes les conséquences, ce sont les plus dangereuses et se produisent souvent.

Aujourd'hui, les médecins et les chercheurs ne peuvent dire avec certitude si ces maladies sont causées par le virus réactivé de l'herpès type 6 ou apparaissent en parallèle en raison d'un système immunitaire affaibli. Cependant, les cas où certaines de ces maladies apparaissent après la récurrence de l'herpès sont plus fréquents que ceux où le virus continuait d'être présent dans le corps sous une forme latente accompagnée d'une maladie en développement. Par conséquent, le plus souvent, c’est le virus de l’herpès qui cause le développement de ces maladies.

Moyens de diagnostiquer les maladies

Théoriquement, le diagnostic de roséole pédiatrique ne devrait poser aucune difficulté en raison du grand nombre de symptômes très caractéristiques. Toutefois, dans un grand nombre de cas, l’infection causée par le virus HHV-6B est confondue avec la rubéole et parfois avec d’autres maladies infantiles. Par conséquent, la confirmation du diagnostic est souvent requise, en utilisant des méthodes sérologiques, une réaction en chaîne de la polymérase, des méthodes immunohistochimiques et virologiques.

Chez le nouveau-né, les immunoglobulines de classe G obtenues de la mère sont responsables de l'immunité contre les infections herpétiques: il est possible de détecter leur présence dans le sang dès 7 à 10 jours après la naissance et atteint un maximum après 2 à 3 semaines. Pour confirmer avec précision la présence du virus de l'herpès de type 6 dans le corps, il est nécessaire d'effectuer un double test sanguin. Dans les cas où le titre en IgG est multiplié par 4 ou que le résultat passe de négatif à positif, nous pouvons parler d'infection virale.

Les immunoglobulines de classe M ultérieures seront responsables de la réponse immunitaire: elles commencent à apparaître dans l'organisme 3 à 4 jours après le début de la maladie et, à ce stade, leur titre peut être déterminé pour diagnostiquer la maladie. Mais il existe plusieurs difficultés: avec la rechute de la maladie, les immunoglobulines de classe M correspondantes n'apparaissent pas et, chez certains enfants, leur nombre lors de l'infection initiale est si faible qu'il est impossible de déterminer le titre à l'aide des méthodes conventionnelles.

Pour le diagnostic du virus de l'herpès simplex de type 6, une méthode de culture utilisant du sang périphérique ou des cellules mononucléées de la salive s'est bien recommandée. Le principal avantage de cette méthode est la capacité de détecter la maladie dans la phase fertile avant l'apparition de l'éruption rouge ou à tout moment de la vie du porteur du virus, même dans la phase latente. Cependant, cette méthode n'est parfois pas disponible et peut donner des résultats incorrects chez les personnes immunodéficientes.

À l'aide de la réaction en chaîne de la polymérase, les spécialistes peuvent estimer les quantités de virus contenues dans divers fluides corporels (le plus souvent dans le sang) et sont plus susceptibles de prédire la possibilité de sa récurrence dans le futur.

Il est intéressant de noter qu’aujourd’hui chez l’adulte, il est possible de déterminer le type A ou B de l’herpès HHV-6. Ceci est mis en œuvre en utilisant la méthode des anticorps monoclonaux et polyclonaux.

Méthodes de traitement

Toutes les méthodes de traitement des maladies causées par l’herpèsvirus de type 6 ne sont qu’une lutte contre ses manifestations (traitement dit symptomatique). La médecine n'a toujours aucun moyen de débarrasser complètement le corps de ce virus. Et la lutte contre l'infection primaire peut être considérée comme dépourvue de sens - il est plus logique de donner à l'organisme la possibilité de développer une immunité pour la vie.

Lorsque les symptômes de la maladie apparaissent, un ensemble typique de médicaments pour lutter contre les virus de l’herpès est habituellement utilisé.

Si un petit enfant est malade, il faut d'abord le montrer à un médecin. Il est vrai que les médecins ne sont pas toujours en mesure de distinguer la roseole de la rubéole, mais le médecin leur prescrira un ensemble de médicaments en fonction des caractéristiques individuelles du bébé.

Le plus souvent, le complexe de médicaments comprend:

  • Le ganciclovir, le plus efficace contre le HHV-6B;
  • Le tsidofovir;
  • Foscarnet, qui se montre tout aussi bien contre les deux espèces HHV-6.

Dans le même temps, l'utilisation du ganciclovir et du foscarnet est autorisée pour les enfants de plus de 12 ans, mais à l'ouest, le ganciclovir est utilisé plus souvent en cas d'infections compliquées.

L'acyclovir, qui est très courant aujourd'hui contre l'herpès de type 6, montre une efficacité très faible.

Parallèlement, dans divers pays du monde, on étudie la possibilité d’utiliser des médicaments tels que le lobukavir, le tsidofovir, l’adéfovir, type 6 de l’herpès, mais leurs résultats ne donnent pas de résultats précis. De même que des versions expérimentales de vaccins contre le virus HHV-6 n'ont pas encore été développées.

Les antipyrétiques à base de paracétamol et d’ibuprofène servent à soulager les symptômes. Le plus souvent, on prescrit aux enfants Panadol et Nurofen. Lorsque la température de l'enfant augmente, il faut souvent boire abondamment de l'eau, des compotes et des tisanes.

Le gros plus de la roséole est l'absence de démangeaisons dans les endroits où il y a des rougeurs. L'enfant ne dérange pas et gratte ces éruptions cutanées, et donc, vous ne pouvez pas vous inquiéter qu'il va mettre une infection supplémentaire sous la peau.

Pendant toute la période de la maladie, des préparations vitaminées contenant les vitamines A, E et C devraient être administrées à l'enfant. Le médecin devrait en discuter avec les médicaments spécifiques à administrer dans chaque cas.

Chez l'adulte, les mêmes symptômes que chez l'enfant peuvent apparaître lors d'une transplantation d'organe, lorsque le système immunitaire est supprimé, de sorte qu'aucun nouveau tissu ne soit rejeté. Dans le même temps, il est assez difficile de traiter l’herpès en ce moment en raison de la nécessité de maintenir le statut immunitaire bas du patient.

Bien que plutôt désagréable, le fait évident est la faible attention des médecins spécialistes à l’étude des caractéristiques de l’évolution de l’herpès de type 6 chez des patients en Russie. Pendant tout le temps que la science a été familiarisée avec cette infection, des études individuelles ont été menées dans notre pays. Parmi celles-ci, l'examen des enfants à l'hôpital pour maladies infectieuses pour enfants de Saint-Pétersbourg d'avril à septembre 2007 a été assez important. Ensuite, un total de 52 patients présentant une rose prononcée ont été identifiés. Parmi ceux-ci, 31 avaient confirmé la présence du virus à l'aide de données de laboratoire issues d'une analyse sérologique et 15 patients ne s'étaient pas présentés pour un don de sang afin de détecter des anticorps IgG.

En règle générale, dans notre pays, le diagnostic de rubéole ou d'éruption allergique en présence de roseol chez des enfants est la norme. Dans le même temps, non seulement on prescrit des antibiotiques non désirés et plutôt dangereux aux patients, mais il se produit assez souvent des complications après la roséole, telles que la méningite ou l'hépatite. Dans de nombreux cas, cette situation est due au fait que la description et le traitement de la roséole ne sont pas décrits dans les directives professionnelles relatives aux maladies infectieuses.

Les médecins ont noté que l’utilisation de médicaments à base d’interféron réduisait le risque de récurrence de l’infection à herpès de type 6. Cependant, il ne vaut pas la peine de prendre des médicaments contenant de l'interféron pour prévenir la réactivation du virus. Il est beaucoup plus raisonnable de procéder à une prévention complète de l’exacerbation de l’herpès.

Prévention de la récurrence de la maladie

La clé d’un système immunitaire en bonne santé est essentielle pour réduire l’incidence des maladies récurrentes de l’herpès et réduire le risque de complications. Pour ce faire, vous devez effectuer un ensemble de mesures assez bien connu:

  • maintenir un niveau élevé d'activité physique et faire de l'exercice régulièrement;
  • assurer la présence dans le régime de fruits, de baies et de légumes frais, en augmentant cette quantité pendant la saison des rhumes;
  • encore une fois, ne vous exposez pas au risque de contracter diverses maladies infectieuses;
  • reposez-vous bien et observez l'horaire de travail et veillez à un sommeil optimal pour le corps;
  • être souvent en plein air, se tempérer.

Les préparations de vitamines ne sont pas moins bénéfiques pour le corps, surtout pendant la saison de manque de vitamines dans le régime alimentaire. Pour maintenir l’immunité, il faut prêter attention aux complexes de vitamines et de minéraux populaires.

Pour les jeunes enfants, il est particulièrement important de boire suffisamment de lait maternel. Et bien que des anticorps spécifiques contre les virus de l'herpès ne pénètrent pas dans le lait, celui-ci contient toutes les autres substances immunocompétentes, ce qui aidera le bébé en cas de maladie à le transférer facilement.

Herpès de type 6: symptômes et traitement chez les enfants et les adultes

Le mot "herpès" chez la plupart des gens est associé à des éruptions cutanées cloquantes désagréables aux lèvres ou aux organes génitaux. En effet, ces symptômes sont une manifestation d’une infection à l’herpès causée par des virus de l’herpès simplex de type 1 ou 2. Cependant, les manifestations cliniques d'une infection herpétique ne s'arrêtent pas là, car il existe 8 types de virus liés aux virus de l'herpès et tous peuvent provoquer le développement de certaines conditions pathologiques. Cet article sera consacré à un «jeune» jeune représentant de la famille des virus de l’herpès, le virus de l’herpès de type 6 et les maladies connexes.

Caractéristiques du virus de l'herpès de type 6

Le virus de l’herpès humain de type 6 (HHV-6) est généralement similaire aux autres virus de l’herpès, mais il présente également un certain nombre de caractéristiques («aime» infecter les lymphocytes, insensible aux médicaments antiviraux habituellement utilisés pour le traitement de l’herpès, etc.).

Il existe deux types de HHV-6: le premier (A) est un virus neurotrope (joue probablement un rôle dans le développement de la sclérose en plaques), le second (B) provoque l'apparition de la roséole, de maladies lymphoprolifératives et immunosuppressives.

L'infection par le HHV-6 se produit principalement par l'intermédiaire de gouttelettes en suspension dans l'air, bien que les voies de transmission verticale (de la mère à l'enfant) et parentérale (par exemple, transfusion sanguine, transplantation d'organe) de cette infection ne soient pas exclues.

Maladies associées au HHV-6

Les symptômes de l'herpès de type 6 sont assez polymorphes. En règle générale, les personnes transfèrent l'infection primaire sous la forme d'un exanthème soudain (roseola) dès l'enfance. En outre, l’ingestion du virus de l’herpès de type 6 peut déclencher un certain nombre d’autres pathologies (le lien entre nombre d’entre elles et le HHV-6 se situe toujours au niveau d’une hypothèse et doit être étudié et confirmé ultérieurement):

  • Syndrome de fatigue chronique.
  • Convulsions fébriles.
  • Mononucléose infectieuse, non associée à une infection par le virus d'Epstein-Barr.
  • Maladies du système nerveux central (sclérose en plaques, encéphalite, méningite, etc.).
  • Lymphadénite nécrotique (inflammation des ganglions lymphatiques, accompagnée de leur augmentation et destruction nécrotique).

Par la suite, la persistance du virus dans le corps humain ne se manifeste pratiquement pas. Dans de rares cas, la survenue d'infections associées à une pathologie avec un virus HHV-6 persistant est possible:

  • Maladies lymphoprolifératives (se traduisant par une augmentation des ganglions lymphatiques et des états d’immunodéficience).
  • Lymphomes malins (par exemple, lymphome non hodgkinien).

En outre, dans plusieurs études, les scientifiques ont obtenu des données sur le lien possible entre l’infection des femmes par le HHV-6 et le développement de complications de la grossesse conduisant à la mort du fœtus de l’enfant ou à une naissance prématurée.

Il convient également de noter que le virus de l'herpès simplex de type 6 est un cofacteur (accélérateur du développement et du développement de la maladie) du SIDA, du cancer du col de l'utérus et des carcinomes des organes ORL.

Herpès de type 6 chez les enfants

En règle générale, jusqu'à 6 mois, les enfants sont protégés du VHH par les anticorps de leur mère. Ils ne sont donc pas atteints de roséole. Par la suite, en raison de la grande susceptibilité du corps de l’enfant, tout contact avec ce virus se termine par une infection, mais tous les enfants ne développent pas un exanthème soudain.

Les principales manifestations de l’infection à HHV-6 chez l’enfant:

  • Augmentation de la température corporelle (la fièvre ne dure pas plus de 3 jours).
  • Congestion nasale, gorge légèrement rouge.
  • Une éruption cutanée avec des taches qui se produit après la normalisation de la température corporelle et disparaît très rapidement sans aucune intervention médicale, ne laissant aucune trace.
  • Dans de rares cas, les bébés développent des convulsions fébriles.

En général, l'herpès de type 6 chez les enfants n'est pas effrayant ni dangereux. Tôt ou tard, presque tous les gars sont confrontés à ce virus. Et beaucoup de parents ne savent même pas que leur enfant a eu Roseola, car le tableau clinique de cette maladie est très similaire à l'ARVI habituel et l'éruption cutanée apparue sur la peau est attribuée à une réaction allergique liée à la prise d'antipyrétique ou d'autres médicaments.

Herpès de type 6 chez l'adulte

Presque tous les adultes connaissent le virus HHV-6 dès l'enfance et ne souffrent donc pas de rose, mais la réactivation du virus dans l'organisme sous l'influence d'un certain nombre de facteurs provoquants peut provoquer l'apparition de certaines maladies. Les facteurs à l'origine de l'activation du processus d'infection comprennent le stress, la fatigue émotionnelle et intellectuelle grave, les maladies virales aiguës et les maladies chroniques (ils suppriment le système immunitaire). La réactivation de HHV-6 peut provoquer le développement du syndrome de fatigue chronique, de la sclérose en plaques et d'autres lésions graves du système nerveux central chez l'adulte.

Pour les pays civilisés, en raison de la prédominance du stress mental sur le travail physique parmi la population, le syndrome de fatigue chronique est un problème particulièrement urgent. Vous pouvez suspecter son développement en combinant les symptômes suivants:

  • Fatigue déraisonnable, qui ne passe pas même après un long repos.
  • Apathie pour tout et pour tous
  • Agressivité accrue et accès de colère.

La sclérose en plaques est une autre maladie que les médecins associent généralement à une infection par le HHV-6. Le mécanisme principal de développement de cette pathologie réside dans les réactions auto-immunes, qui endommagent la gaine de myéline des fibres nerveuses du système nerveux central. De ce fait, la connexion entre les cellules nerveuses est perdue. La maladie se manifeste par divers symptômes neurologiques (leur nature est déterminée par la partie du système nerveux central la plus touchée).

Diagnostics

Il existe plusieurs méthodes pour diagnostiquer une infection par le HHV-6:

  • ELISA (déterminé par le titre des anticorps spécifiques).
  • Détection de l'ADN du virus dans le sang ou d'autres liquides et tissus biologiques par la méthode de la réaction en chaîne de la polymérase (PCR).

Le diagnostic de HHV-6 dans le corps n'est pas donné à tous les patients présentant des symptômes de cette infection. Cette nécessité apparaît dans les cas controversés, lorsque les médecins doivent décider du choix du traitement antiviral, lorsque le patient est dans un état grave et qu'il est essentiel d'identifier la cause de la maladie (par exemple, la méningite, l'encéphalite), lorsque les médecins ne peuvent pas trouver la cause de l'adénopathie et des états d'immunodéficience. et ainsi de suite Il n’est pas approprié d’examiner cette infection chez un enfant présentant des symptômes de roséole, car le patient peut se rétablir complètement avant de recevoir les résultats de l’analyse.

Herpès type 6: traitement

Pour le traitement de l'infection à HHV-6, plusieurs groupes de médicaments sont utilisés:

  • Médicaments antiviraux. Divers moyens (acyclovir, ganciclovir) ont été utilisés avec un certain succès, mais ils ne se sont pas encore avérés suffisamment efficaces contre le HHV-6 et sans danger pour la santé du patient.
  • Les interférons.
  • Immunoglobulines (anticorps spécifiques).

Ces médicaments ne sont utilisés que dans le traitement de maladies graves mettant la vie en danger, telles que les neuroinfections, les lésions organiques multiples, les états d'immunodéficience, etc. Avec le roseole, manifestation la plus fréquente de l'infection à HHV-6, aucun traitement antiviral spécifique n'est effectué, les médecins sont limités à un traitement symptomatique.

Olga Zubkova, critique médicale, épidémiologiste

13.115 vues totales, 4 vues aujourd'hui

Herpès de type 6

Pratiquement toutes les personnes dans le corps ont un virus de l'herpès, et jusqu'à un certain point, le système immunitaire s'en occupe, il n'y a donc aucun symptôme de la maladie. Sous l'influence de certains facteurs et avec une diminution des réactions défensives, le corps du virus herpétique se manifeste par des symptômes violents et les plus vulnérables sont les enfants, leur immunité n'étant pas complètement formée. L'herpès de type 6 le plus courant chez les enfants, ce que c'est et quels autres types sont - plus à ce sujet ci-dessous.

Quels sont les virus de l'herpès et quels types sont dans la nature?

Les virus de l'herpès sont des parasites microscopiques qui infectent les cellules du système nerveux et entraînent des complications et des conséquences graves. À ce jour, 8 types d'infections herpétiques ont été identifiés et peuvent affecter le corps humain:

  • Le virus de type 1 est un nasolabial simple, c’est-à-dire qu’il affecte principalement la région du triangle nasolabial; on dit aussi qu’il fait «froid» sur les lèvres;
  • Virus de type 2 - virus de l’herpès simplex qui infecte la balle et se transmet par contact sexuel;
  • Virus de type 3 - virus de l’herpès zoster qui cause le lichen et la varicelle;
  • 4 types - virus d'Epstein-Barr, affectant le laryngopharynx et se présentant comme un herpès, un mal de gorge;
  • Type 5 - cytomégalovirus;
  • 6 types;
  • 7 types;
  • 8 types.

Les virus de l'herpès appartiennent au groupe des infections opportunistes, c'est-à-dire celles qui causent le plus de dommages à l'organisme pendant la période où le système immunitaire ne peut résister. Les cibles les plus vulnérables sont les enfants, les personnes immunodéficientes, les personnes âgées, les femmes enceintes et les personnes souffrant de maladies chroniques.

Causes de l'herpès chez l'enfant

Le virus de l'herpès de type 6 est transmis dans la plupart des cas par des gouttelettes en suspension dans l'air provenant d'un malade ou d'un porteur. La transmission par la salive et les baisers est possible. Par exemple, une mère infectée peut facilement infecter son bébé et ainsi ne présenter aucun symptôme de la maladie. Parfois, le sixième type de virus est transmis au bébé par la mère lors de l'accouchement - par le sang ou par le canal de naissance.

Symptômes de l'herpès de type 6 chez les enfants

L’infection virale de type 6 chez l’enfant peut se présenter sous deux formes: fièvre et rose. Les deux formes de la maladie se manifestent de manière aiguë avec une forte augmentation de la température corporelle entre 39 et 40 degrés, une faiblesse croissante et des frissons graves. Pour le roséola, les symptômes suivants sont ajoutés aux symptômes énumérés:

  • douleur et élargissement des ganglions lymphatiques régionaux;
  • nez qui coule et congestion nasale;
  • douleur abdominale, nausée, vomissement, diarrhée;
  • manque d'appétit;
  • troubles du sommeil;
  • rougeur de la gorge et gonflement des amygdales;
  • inflammation conjonctivale de l'oeil;
  • éruptions cutanées.

Dans un contexte de température corporelle élevée et de lésions virales du système nerveux chez les enfants, des crises d'épilepsie et d'autres troubles sont possibles. Avec une faible résistance du corps et une infection virale, des complications telles que la pneumonie et la septicémie se produisent souvent.

Une éruption cutanée sur le corps est l’un des principaux symptômes de l’herpès de type 6 chez l’enfant. L'éruption cutanée n'apparaît qu'après normalisation de la température corporelle, a une couleur rose pâle, ne cause aucun inconfort à l'enfant, ne pique pas, ne se mouille pas et ne devient pas en croûte. Les sites de localisation sont le dos, l'abdomen, la poitrine, le cou, la région derrière les oreilles. L'éruption disparaît aussi vite qu'il apparaît, elle se manifeste pendant environ 3 jours.

Quelle est la menace pour le virus de l'herpès de type 6 d'un enfant?

L’insiduité du virus de l’herpès de type 6 pour le corps de l’enfant tient au fait que la maladie s’accompagne d’une température corporelle élevée, susceptible de provoquer de graves crises fébriles et des troubles du système nerveux.

Souvent, cette forme du virus entraîne des complications graves telles que méningite, encéphalite, pneumonie, inflammation de la muqueuse cardiaque. Si un petit patient combine une infection herpétique de types 6 et 5, dans la plupart des cas, des troubles mentaux se développent et l'état psycho-émotionnel est retardé.

La plus grande menace pour le virus de l'herpès de type 6 concerne les enfants atteints de déficit immunitaire congénital ou acquis. Dans le contexte de cette maladie, le système immunitaire du patient est encore plus affaibli, ce qui se heurte à l’addition d’autres infections dangereuses et à un risque élevé de décès. Dans de telles situations, les médecins prescrivent des immunomodulateurs puissants au patient.

L'herpès de type 6 gorge chez les enfants

Avec la défaite de ce type de virus, les muqueuses de la gorge du patient parlent de mononucléose infectieuse. La maladie est accompagnée des symptômes suivants:

  • début aigu;
  • température corporelle jusqu'à 39-39,5 degrés;
  • gonflement et rougeur des muqueuses de la gorge;
  • douleur en avalant;
  • douleur et élargissement des ganglions lymphatiques cervicaux;
  • signes d'intoxication - maux de tête, photophobie, larmoiement, vertiges, faiblesse croissante;
  • nausée, vomissement, douleur abdominale intense, diarrhée.

Il est très difficile de déterminer la cause exacte du développement de la maladie et de différencier l'agent pathogène, à partir duquel le traitement est souvent erroné et conduit à une détérioration de l'état du patient.

Méthodes de diagnostic

Le virus de l'herpès simplex de type 6 se caractérise par la complexité du diagnostic. De nombreux médecins ont erronément posé le diagnostic au patient et lui ont prescrit le mauvais traitement, en prenant les symptômes de la maladie pour des signes de rougeole, de scarlatine, de rubéole. Certains experts considèrent les éruptions cutanées comme une manifestation d’une réaction allergique. Les parents ne connaissent donc jamais la véritable cause de la forte fièvre qui sévissait auparavant.

Pour le diagnostic différentiel et la détermination précise du type de virus de l'herpès, une série d'essais et d'études est prescrite au patient:

  • Diagnostic PCR - permet non seulement de déterminer la présence du virus de l’herpès dans le sang de l’enfant, mais également de déterminer son type par l’ADN;
  • ELISA - cette étude permet de détecter le virus de l’herpès dans le sang ou la salive de l’enfant dès 7 jours après l’infection, même avant l’apparition des premiers symptômes cliniques;
  • Méthode de culture - à l'aide de cette étude, il est possible de déterminer la présence du virus de l'herpès dans le corps avant même l'apparition de lésions sur le corps.

Traitement de l'herpès de type 6

Le traitement de l’herpès de type 6 chez l’enfant doit commencer immédiatement après la confirmation du diagnostic par analyse. Assurez-vous d’attribuer une thérapie complexe, qui comprend:

  • Médicaments antiviraux - pour la suppression et la destruction du virus de l'herpès, on prescrit à l'enfant des médicaments à base d'acyclovir, car seuls ceux-ci sont efficaces contre cet agent pathogène. La durée du traitement est d’au moins 5 jours; parfois, le traitement est poursuivi pendant 10 à 14 jours, en fonction de la gravité de la maladie.
  • Antipyrétiques - Si la température corporelle dépasse 38 degrés, donnez à l'enfant un sirop à base de paracétamol ou d'ibuprofène. Vous pouvez également entrer dans une bougie rectale - Paracétamol, Analdim (Analgin + Dimedrol) Tsefekon D, Efferalgan. Si un enfant a des antécédents de convulsions fébriles ou une maladie du système nerveux, l'agent antipyrétique doit être administré à une température de 37,5 degrés. Les instructions pour les antipyrétiques indiquent que l'intervalle doit être utilisé pendant au moins 4 heures, mais comme la température monte beaucoup plus souvent pendant une infection herpétique (et parfois même ne s'écarte pas du tout), le médicament est administré à l'enfant aussi souvent que l'état l'exige. Opportunités d'alterner les préparations de paracétamol avec l'ibuprofène.
  • Complexes de vitamines - parce que le corps est affaibli et que l'enfant refuse de manger, il devrait également recevoir des préparations vitaminées de pharmacie. Now propose un vaste choix de médicaments sous différentes formes, avec des goûts différents, pour les enfants jusqu'à un an et plus.
  • Mode consommation: un apport en liquide accru contribue à l'élimination rapide des substances toxiques de l'organisme et réduit le risque de complications. Les enfants de plus d'un an devraient être nourris plus fréquemment au sein de la mère et les bébés de plus d'un an devraient recevoir une compote tiède, du jus, de l'eau minérale sans gaz, du jus, du thé au citron, framboise, tilleul, décoction de dogrose.
  • Immunostimulants - pour maintenir le système immunitaire et stimuler l'enfant, des préparations supplémentaires sont prescrites sous forme de gouttes ou de suppositoires rectaux à base d'interféron recombinant de leucocytes humains - Viferon, Laferobion, Interferon.

C'est important! Ce n’est pas le virus de l’herpès lui-même qui est dangereux pour le corps d’un enfant affaibli, mais ses conséquences possibles. Les parents ne doivent donc pas ignorer les symptômes, sans parler de l’automédication.

Comment prévenir l'infection par l'herpès chez un enfant?

Les parents doivent être conscients que même le traitement le plus minutieux ne garantit pas que l'enfant ne sera plus confronté au virus de l'herpès. Avec le type 6 du virus, une immunité stable se forme chez l’enfant et, par conséquent, avec le fonctionnement normal du système immunitaire et l’absence de maladies chroniques, la rechute de l’infection est presque totalement exclue. Le risque de récurrence d'infection virale d'herpès de type 6 augmente chez les enfants atteints de diabète, de maladies négligées du système immunitaire, de tumeurs cancéreuses, de lésions du système lymphatique, mais chaque parent peut prendre des mesures pour éviter les récidives:

  • évitez le contact avec le rhume - rappelez-vous qu'une infection herpétique peut commencer de cette façon;
  • renforcer le système immunitaire de l'enfant - alimentation équilibrée, longues promenades quotidiennes au grand air, durcissement, alimentation naturelle la plus durable possible;
  • pendant les épidémies et pendant la saison froide pour éviter l’hypothermie, ainsi que pour se rendre dans des lieux très peuplés, où il est facile de contracter l’infection;
  • Tout signe de rhume chez un enfant doit être traité avec un médecin, même s'il vous semble qu'il n'y a rien de grave.

Le succès du traitement de l'herpès simplex de type 6 chez l'enfant dépend de la réaction correcte des parents et de leur attitude responsable à l'égard de la santé de leur propre enfant.

Herpès de type 6

Herpès (Herpès) - du grec traduit par "rampant, enclin à la propagation de la maladie de la peau." La maladie est causée par le virus Herpesvirales. Elle se caractérise par des éruptions cutanées vésiculaires sur tout le corps et les muqueuses. Les types d'herpès dépendent de sa localisation et de son agent pathogène. Il existe environ 200 variétés, mais seulement 8 d'entre elles sont inféodées à l'homme. Chaque type a ses propres signes et causes. Jusqu'à la fin, 7 et 8 types d'herpès ne sont toujours pas étudiés.

Herpès de type 1

Virus de l'herpès simplex de type 1 (herpès labial, herpès labial, HSV-1, virus de l'herpès simplex 1, HSV-1, virus de l'herpès simplex) - ce type a tendance à apparaître sur le visage. Dans la conversation et la littérature clinique sur le virus, on se souvient d’un «rhume sur les lèvres», car le plus souvent, les éruptions cutanées affectent cette région. Mais aussi une plaie se forme sur les muqueuses de la bouche, du nez et même des yeux. Cela est dû à la «vie» du virus dans les nerfs quand il est en phase de latence.

Dans de rares cas, le HSV-1 est à la base de l'apparition de l'herpès sur les organes génitaux. Avec une diminution de l'immunité du HSV-1, il peut apparaître sur le dos, l'abdomen, les membres et la poitrine. Souvent, les agents viraux affectent le système nerveux central, ce qui provoque le développement d’une encéphalite.

L'herpèsvirus de type 2 peut causer:

  • infection virale respiratoire aiguë, maladies causées par l'hypothermie;
  • la présence d'infections virales et bactériennes;
  • situations stressantes, fatigue, chocs nerveux;
  • mensuel;
  • affaiblir les défenses du corps.

C'est important! La cause de l'éruption cutanée peut aussi être le baiser habituel, l'intimité ou l'utilisation d'articles d'hygiène courants (serviettes, brosse à dents).

Phases du virus de l'herpès simplex de type 1:

  1. Latent. On l'appelle cachée, car en l'absence de facteurs favorables, la maladie ne se fait pas sentir.
  2. Manifestation. Les formations herpétiques se produisent 1 tous les 1 à 3 ans.
  • sensations d'empoisonnement;
  • syndrome de fatigue chronique (SFC);
  • des vertiges;
  • douleur dans les muscles et les articulations.

Pour le diagnostic de la maladie virale par examen PCR du liquide céphalo-rachidien et ELISA (analyse par immunofluorescence du fluide herpétique dans le sang). Grâce à ces types d’analyses, vous pouvez déterminer:

  • agent pathogène (HSV-1 ou HSV-2);
  • stade (latent, aigu ou chronique).

À partir du 5ème jour de laboratoire, les IgM peuvent être détectés, à partir de 2 semaines, les IgG (Igg) peuvent déjà être reconnues. L'immunoglobuline M est présente dans le sang pendant 3 mois au maximum. G est présent tout au long de la vie. Pendant la grossesse, les IgM ne pénètrent pas dans le placenta, contrairement aux IgG.

C'est important! Si les tests ont montré des titres d'IgG élevés, cela signifie que le corps est capable de se protéger contre l'infection par cet agent pathogène. Les titres faibles indiquent une phase latente et une maladie antérieure.

Le traitement du HSV-1 n'est pas possible. Certains médicaments peuvent éliminer les symptômes douloureux et désagréables et empêcher le développement du virus, sans toutefois le détruire. Les médicaments contenant le composant actif acyclovir constituent la base de la thérapie. Des médicaments antiviraux (Zovirax, Gerpevir, Acyclovir), des immunostimulants, des vitamines et, si nécessaire, des sédatifs et des antipyrétiques sont prescrits.

Herpès de type 2

Virus de l'herpès simplex de type 2 (HSV-2, HSV-2, virus de l'herpès simplex 2, herpès génital). Dans les discours familiers et la littérature médicale, on l'appelle souvent sexuel. D'après son nom, il est clair que l'éruption cutanée est généralement localisée sur le pénis (chez les hommes), les lèvres génitales (chez les femmes), leurs membranes muqueuses et dans l'anus.

  • hypothermie (par temps froid ou pluvieux) ou surchauffe (au soleil, dans un sauna ou un solarium);
  • la présence de maladies d'origine infectieuse;
  • les rhumes;
  • maladies chroniques existantes qui suppriment et réduisent l'immunité;
  • médicaments hormonaux et antibactériens qui violent la microflore et réduisent les fonctions de protection.

C'est important! Voies d'infection par le VHS-2 - rapports sexuels avec un partenaire infecté. Selon les statistiques, 86% des cas d'herpès de type 2 sont diagnostiqués chez les femmes.

Symptômes du virus Herpes simplex 2:

  • douleur, démangeaisons de la peau et brûlures dans la zone de formation de plaies;
  • l'apparition de bulles sur le site de l'inflammation;
  • la température peut augmenter;
  • panne

Les infections de 2 types provoquent des récidives plus souvent que le virus de l’herpès simplex de type 1.

Le diagnostic de HSV-2 est similaire, tout comme HSV-1. Une analyse de la présence dans le corps d’anticorps IgG dirigés contre ce virus est nécessaire.

Une attention particulière devrait être accordée à cette analyse des couples qui envisagent de concevoir un enfant. La détection précoce du virus de l'herpès aidera à prévenir d'éventuelles complications lors du transport d'un enfant.

Pour le traitement de l’utilisation du HSV-2:

  • antiviraux (à usage oral et topique);
  • immunostimulants et compléments alimentaires pour améliorer l’immunité (Viferon, Proteflazid, izoprinozin).

Herpès de type 3

Virus de l'herpès de type 3 (varicelle ou zona, VO-OG, Varicela Zoster, VZV, virus de l'herpès humain 3, HHV 3). L'herpès zoster chez les enfants provoque la varicelle chez l'adulte - le zona sur le corps, le visage, les bras et les jambes.

Façons de transférer HHV 3:

  • à travers des articles d'usage général;
  • en parlant, en toussant, en éternuant, en bâillant, en s'embrassant (même amicalement).

Comment se manifeste la varicelle (symptômes):

  • une peau insupportablement irritante;
  • la température augmente;
  • vésicules dans tout le corps.

L'éruption s'étend à la peau où se trouvent les nerfs touchés. La durée de la maladie est d'environ 14 jours. Une fois que la personne a eu la varicelle, il devient porteur du virus à vie.

Le zona est considéré comme une maladie secondaire de la varicelle (rechute). En raison d'une diminution des défenses de l'organisme, le virus "dépasse" les cellules nerveuses et se déplace à la surface de la peau:

  • le long des processus nerveux, une personne ressent des démangeaisons, des brûlures et une douleur intense;
  • la température générale du corps augmente et une faiblesse apparaît;
  • les zones touchées sont enflammées pendant 3 jours;
  • 2-3 jours au même endroit ont formé un groupe de bulles.

C'est important! La durée de la maladie est d'environ 2 semaines. Une des conséquences du zona est une inflammation du ganglion ou plusieurs nœuds (inflammation des ganglions).

Le traitement des patients atteints de varicelle ou de zona est effectué soit à l'unité des patients hospitalisés, soit à domicile. Le traitement repose sur l'utilisation et l'utilisation d'antiviraux, d'immunostimulants et de vitamines. Pour la varicelle, les vésicules sont enduites de vert ou de fucorcine.

L'herpès de type 4

Les souches d'herpès 4 sont également appelées virus Epstein Barra, virus Epstein Barr et virus de l'herpès humain de type 4 (EBV ou VEB). Herpès infectieux - source de mononucléose. L'infection affecte le nasopharynx, les ganglions lymphatiques, la rate et le foie. L'éducation peut mener au cancer. Les conséquences du virus d'Epstein Barr incluent également l'otite moyenne, la sinusite, des lésions des muscles du cœur, une inflammation du foie et du cerveau.

  • aéroporté;
  • ménage;
  • les rapports sexuels (y compris le sexe oral).

La quantité maximale de virus est excrétée par la respiration et la toux. Les adolescents et les adolescents sont les plus exposés à cette maladie.

La période qui s'écoule entre l'entrée du virus dans l'organisme et ses premiers symptômes est de 5 jours à 7 semaines.

  • hyperthermie (fièvre);
  • gonflement, inflammation et douleur dans le nasopharynx et;
  • douleur dans les muscles et les articulations;
  • les amygdales sont couvertes de gale blanche;
  • formation sur la peau et les vésicules muqueuses;
  • les taux sanguins de lymphocytes augmentent.

Diagnostic Le virus de l'herpès humain de type 4 est réalisé par PCR. Avec une analyse positive, le patient est observé par 3 spécialistes (un immunologiste, un spécialiste des maladies infectieuses et un ORL).

La maladie peut disparaître d'elle-même, mais il est préférable de ne pas attendre ce moment car des complications peuvent survenir et de suivre le traitement nécessaire. Le traitement de la mononucléose avec des formes légères et modérées est effectué à domicile, mais isole le patient des autres. Si le cas est grave, une hospitalisation sera nécessaire.

Il n'y a pas de traitement spécifique pour l'herpès de type 4. La thérapie vise à éliminer les symptômes.

Herpès de type 5

La souche d'herpès virus 5 (Herpesvirus humain 5, cytomégalovirus, HCMV-5) est caractérisée par sa forme latente. La symptomatologie est plus prononcée avec un système immunitaire affaibli. Les hommes ne peuvent pas soupçonner qu'ils sont porteurs de HCMV-5 pendant une longue période. La maladie affecte le foie, la rate, le pancréas, le système nerveux central et les yeux.

Comment sont les chemins d'infection et de transmission:

  • pendant l'allaitement (HB);
  • dans l'utérus;
  • avec du sang;
  • avec la salive (baiser);
  • pendant les rapports sexuels.

Le délai entre l'entrée du pathogène dans l'organisme et la manifestation des symptômes primaires est de 60 jours.

Symptômes de l'herpès de type 5:

  • haute température;
  • maux de tête, douleurs dans les articulations et le larynx.

C'est important! Malgré des douleurs considérables dans la gorge, les amygdales et les ganglions lymphatiques ne sont pas sujets à l'inflammation.

Le véritable danger de la maladie concerne les personnes infectées par le VIH, ainsi que celles qui ont subi une greffe d'organe, un cancer et qui prennent des médicaments cytotoxiques.

Le cytomégalovirus entraîne également des conséquences négatives pour les femmes enceintes. Les femmes enceintes peuvent donner naissance à un enfant présentant des pathologies congénitales (dysfonctionnement du cerveau, organes de l'audition, de la vision, de la respiration et de la digestion, problèmes de peau et retard de développement). Peut-être mort-né.

Afin de détecter ou d’exclure la présence de cytomégalovirus chez une femme enceinte, il est nécessaire d’effectuer une échographie du flux sanguin dans le cordon ombilical et les vaisseaux de l’utérus, de déterminer la quantité pathologiquement faible de liquide amniotique, de mesurer le rythme cardiaque, de détecter les retards de développement du fœtus et le développement anormal des organes internes. Il est également important de suivre des méthodes de recherche en laboratoire (PCR, diagnostic sérologique).

L'objectif du traitement est d'éliminer les symptômes de la maladie, d'améliorer et de corriger l'immunité.

Herpès type 6

La souche Herpesvirus 6 (HHV-6, HHV-6) est un virus contenant de l'ADN.

Il existe 2 sous-types de HHV-6:

  1. Sous-type "A" (HHV-6A). Il est plus susceptible aux personnes atteintes d'immunodéficience. Chez l'adulte, cela conduit à la sclérose en plaques (maladie auto-immune chronique), à ​​la fatigue chronique, au dysfonctionnement du système nerveux et à la progression du virus.
  2. Sous-type "B" (HHV-6B). Les enfants sont souvent exposés à ce sous-type. La maladie se déverse dans la roseola de la pépinière (sixième maladie, pseudorasna).

C'est important! En l'absence d'un traitement approprié des deux sous-types, le handicap et l'isolement de la société sont inévitables.

Signes et symptômes:

  • petites éruptions cutanées (ce qui est inhabituel pour d'autres types, l'éruption cutanée n'est pas nécessairement accompagnée de démangeaisons, mais la maladie peut également se présenter sous une forme atypique);
  • l'hyperthermie;
  • manque d'appétit;
  • apathie, dépression;
  • irritabilité;
  • ganglions lymphatiques enflés;
  • changement de démarche (instabilité, manque de coordination, tremblements);
  • diarrhée ou constipation;
  • dysfonctionnement visuel;
  • problèmes de parole;
  • changements brusques d'humeur;
  • distraction;
  • altération de la perception et changement de sensibilité;
  • convulsions.

Si un enfant a eu l'herpès de type 6 au moins une fois, le virus reste à vie sous une forme latente et ne se manifeste pas. Les rechutes sont possibles avec une diminution marquée de l'immunité, mais sans manifestation de signes externes.

Comment le HHV-6 est-il transmis:

  • le plus souvent l'infection se produit par la salive;
  • parfois, les amygdales (aéroportées) sont la source de la transmission;
  • pendant l'allaitement et in utero (la possibilité est presque exclue);
  • encore moins de risque d'infection lors d'une intervention médicale.

Pour diagnostiquer les maladies, outre l'examen médical habituel et les questions, il est important de procéder à un examen. Pour ce faire, il est nécessaire de transmettre l'analyse pour la réaction en chaîne de la polymérase (PCR), de subir un sérodiagnostic et de rechercher les virus.

Il est impossible de se débarrasser de la souche d’herpès virus 6, l’objectif de la thérapie est de lutter contre sa manifestation. Pour ce faire, utilisez des médicaments ayant des effets pharmacologiques différents (corticostéroïdes, antioxydants, angioprotecteurs, antiherpétiques, fébrifuges, immunostimulants).

Herpès type 7

L'herpèsvirus de type 7 (HHV-7, HHV-7) apparaît souvent en parallèle avec les souches du virus 6; en outre, elles sont très similaires les unes aux autres. Le virus infecte les lymphocytes T et les monocytes, ce qui conduit au syndrome de fatigue chronique et au développement de maladies cancéreuses des tissus lymphoïdes.

  • la source principale est aéroportée (puisque la localisation du HHV-7 est la salive);
  • moins susceptibles d'être infectés par le sang.

Les principales différences entre HHV-7 et HHV-6:

  • la souche virale 7 n'est pas transmise in utero;
  • Le HHV-7 n'affecte pas les enfants de moins d'un an et le HHV-6 peut déjà être ressenti 7 mois après la naissance.
  • augmentation temporaire de la température sans éruption cutanée;
  • contraction involontaire et paroxystique des muscles;
  • inflammation du cerveau et de ses membranes;
  • syndrome de mononucléose;
  • éruption cutanée soudaine ou roseola pédiatrique.

Pour identifier le type de virus de l’herpès 7 dans le corps, il est nécessaire de subir un diagnostic PCR, une analyse ELISA, une recherche sur le virus et de réaliser un immunogramme.

L'assistance médicale vise à combattre les symptômes. Il n’existe pas de médicaments spécifiques pour le traitement du HHV-7.

Herpès type 8

Herpèsvirus 8 (HHV-8, HHV-8, KSHV) - la dernière abréviation n’est pas une faute de frappe ni un accident. Ces lettres sont issues de la littérature anglaise, car il s’agit de la maladie - le virus de l’herpès Kaposhi Sarkoma. Le virus infecte les lymphocytes T et B, il fait partie des virus à ADN.

La souche de Virus 8 se transmet de différentes manières:

  • rapports sexuels avec une personne infectée;
  • bisou
  • (greffe) d'organes ou de tissus, les toxicomanes sont souvent infectés par une seule seringue);
  • un petit pourcentage est attribué à l'infection in utero.

C'est important! Les personnes à risque ont subi une transplantation d'organe, des radiations, des homosexuels et des toxicomanes.

Pour une personne infectée avec une immunité normale, le HHV-8 n’est pas dangereux et ne se manifeste pas. Il est capable "d'exposer" ses côtés négatifs tout en réduisant les défenses de son corps. HHV-8 provoque l'apparition et le développement du sarcome de Kaposi, du lymphome primaire et de la maladie de Castleman.

En fonction de ce que le patient a une maladie. Il y a aussi des symptômes.

  1. Sarcome de Kaposi. Le site de localisation est concentré sur la peau, les ganglions lymphatiques, les muqueuses et les organes internes. Il existe 4 types de maladies (classique, endémique, immunosuppressive, épidémique), chacune ayant ses propres caractéristiques.
  2. Lymphome primaire. Cancer qui affecte le système nerveux central, membranes séreuses.
  3. Maladie multifocale de Castelamine (MBC, hyperplasie angiofolliculaire des ganglions lymphatiques, hyperplasie multifocale des ganglions lymphatiques, lymphome angiofolliculaire). Un type de cancer rare qui est activé sur fond d'infection par le VIH. Le virus infecte les poumons, les ganglions lymphatiques du mésentère et les ganglions lymphatiques sous-claviers.

Comme pour les autres agents de l’herpès, il n’existe pas non plus de traitement spécifique contre le HHV-8. Traitement médicamenteux généralement prescrit avec chimiothérapie, radiothérapie, procédures esthétiques (photothérapie), dans de rares cas - intervention chirurgicale.

Seul un spécialiste expérimenté peut déterminer correctement le type de maladie virale, son étiologie et prescrire un traitement. Bien qu'aujourd'hui n'ont pas encore créé de médicament contre l'herpès, la pathologie nécessite une attention particulière. La détection rapide du virus dans le corps aidera à sauver une personne des symptômes et des conséquences désagréables.